AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 # Ma voix sera un jour aussi belle que le paradis # (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



MessageSujet: # Ma voix sera un jour aussi belle que le paradis # (PV)   Ven 11 Mai - 19:43

Pour certains, la nuit apportent le repos alors que pour d’autres, elle est porteuse de conseils. Pour Ki Seok, ce n’était ni l’un ni l’autre. La nuit représentait pour lui une forme de liberté. La liberté de redonner vie à sa voix, cette créature qu’il devait apprendre à apprivoiser en journée ou bien parfois à combattre pour garder le dessus. Alors comme bien souvent, aux alentours de deux heures du matin, Ki Seok s’était glissé hors de son lit avant de sortir de sa chambre. Il portait son pyjama qui était fait d’un très long et large maillot rose pâle qui lui arrivait juste au dessus des genoux ainsi que d’un jogging noir. Pieds nus, l’adolescent marchait lentement dans les couloirs sans faire de bruit afin d’arriver sans problèmes à sa salle habituelle.

« Sa salle » n’était rien d’autre qu’une salle de classe ordinaire. Ca faisait longtemps qu’il venait ici la nuit, des années. Au début, il y venait pour danser alors à chaque fois, il fallait faire de la place en déplaçant les chaises et les tables en faisant le moins de bruit possible. Ca lui prenait du temps mais lorsqu’enfin il pouvait danser, plus rien n’importait. Mais maintenant, il n’avait plus à faire tout cela. Le jeune Kim Ki Seok ne pouvait plus danser alors il avait décidé que sa voix remplacerait ses mouvements.

Une fois dans la salle de classe, Ki Seok prit bien soin de refermer la porte derrière lui sans la claquer et il se dirigea vers l’une des fenêtres. Dehors le ciel était dégagé mais les lumières de la ville ne permettait pas de voir les étoiles. Il soupira. C’était toujours la même chose. Et pourtant, l’androgyne chantait toujours face à la fenêtre, comme si sa voix pouvait la traverser et atteindre des sphères qui lui étaient actuellement inaccessibles. Ki Seok colla son front contre la vitre, ferma les yeux et entreprit de chauffer sa voix tout en oubliant doucement le monde qui l’entourait. Ce que cette solitude pouvait être agréable parfois.

Après avoir fouillé dans les poches de son jogging, Ki Seok en extirpa son lecteur mp3, plaça les écouteurs dans ses oreilles et le lança. Il chercha pendant plusieurs secondes avant de lancer la musique qu’il avait envie de chanter. C’était une musique assez récente d’un trio. Une ballade douce et reposante que Ki Seok avait immédiatement aimé à la première écoute. Lorsqu’il la chantait, l’adolescent s’imaginait en train de chanter cette musique à la personne qui lui était le plus cher alors que celle-ci s’éloignait de lui. Trop souvent lorsqu’il chantait ce musique, sa voix flanchait ou se brisait, changer pour prendre celle d’une femme ou bien d’un homme à la voix grave et profonde. Mais l’émotion était toujours là.

Ce soir là ne semblait pas être un bon soir car sa voix changeait sans cesse donnant à la mélodie une palette de couleurs hilarantes et bien trop en contradiction avec la musique. Ki Seok soupira et s’assit à même le sol en se prenant la tête entre les mains. Quand diable contrôlerait-il enfin comme il le souhaitait ce don ? Nouveau soupir. L’adolescent faisait la moue mais, toujours assis, il se remit à chanter, doucement comme lorsque l’on chante une berceuse, se concentrant sur chaque vibration de ses cordes vocales, sur chaque pression provenant de ses abdos. Cette fois, il réussit à chanter la musique. Sa voix changea à quelques moments mais sans être en désaccord avec la musique. Il ferma les yeux et un délicieux sourire plein d’innocence se dessina sur ses lèvres.

Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: # Ma voix sera un jour aussi belle que le paradis # (PV)   Ven 11 Mai - 19:47


Ki Seok & Sun Joo

Encore une … Une nuit de plus où je ne parvenais pas à dormir, malgré tout les moyens mis en œuvre pour enfin trouver le sommeil. J’avais pour habitude de m’endormir avec mes écouteurs dans les oreilles, jugeant que c’était peut-être ça qui pour une fois m’empêchais de dormir, j’avais coupé la musique. Sans grand résultat. Je ne comptais même plus le nombre de fois où je m’étais tourner et retourner dans mon lit, afin de trouver une position confortable. J’avais même légèrement ouvert la fenêtre pour laisser passer un peu d’air frais. Tentatives encore peu fructueuses. Je lançais un regard à mon réveil, qui affichait 2h du matin, en chiffres rouges qui m’agressaient les yeux dans la noirceur de la chambre. Je me redressais et un soupire s’échappa de mes lèvres. Je posais un pied sur le sol, cherchant à tâtons mes chaussons, mais je ne trouvais que ma paire de basket. Tant pis ça ferait l’affaire, même si ça ne faisait pas très classe avec mon pyjama. Un pantalon et un tee-shirt, un peu trop large pour moi, rayés blanc et bleu marine. Je sortis de la pièce et fermais la porte derrière moi, en essayant de faire le moins de bruit possible.

Je déambulais sans but précis … Enfin si, je j’écoutais attentivement chaque sons qui se distinguaient du silence de mort qui régnait dans les couloirs. Outre le bruit de mes pas, je n’entendais rien. Pas que j’avais peur de me faire attraper à déambuler dans les couloirs en pleine nuit, je me fichais des membres du staff … Et puis honnêtement à cette heure je suis sûre que tout le monde croit, que les orphelins sont sagement endormis dans leur dortoir respectif. Ce que je cherchais à entendre c’était de la musique … Ou plus précisément une voix. J’espérais desceller dans ce silence, cette voix que je me plaisais à écouter de temps en temps, quand je me sauvais dans les couloirs comme cette nuit. Cependant il n’était pas dans cette salle et parfois je retournais dans ma chambre, légèrement déçue. Nous partagions cette même passion pour la musique et bien que nous nous sommes jamais vraiment parlé, je me plaisais à aller l’écouter discrètement. Quoique maintenant ce n’était plus vraiment discrètement, car il m’avait remarqué. J’en suis sûre, ces regards que nous nous lancions de temps à me l’avaient prouvé. C’était devenu comme une sorte d’habitude. Aucune parole, juste des regards et la musique.

Je m’approchais de plus en plus de cette salle et un petit sourire se dessina sur mes lèvres, quand j’entendis sa voix. Il chantait une très belle ballade coréenne, je l’observais à travers la vitre de la salle de classe. Il était appuyé contre la fenêtre qui donnait sur l’extérieur, l’air absent. Je m’adossais à la porte et restais là quelqu’un instant à l’écouter. J’aimais me laisser bercer par sa voix, que je trouvais magnifique. Cependant brusquement elle changea pour une voix de femme, plus aigue. Ces brusques changement de me surprenais plus, j’avais l’habitude. À force de venir l’écoute j’avais compris qu’il faisait parti de ceux qui avaient eu de la chance, la chance d’obtenir un pouvoir plutôt qu’une maladie. Lui, il semblait avoir la possibilité de changer sa voix à sa guise … Si ma déduction ne me trompait pas. Il ne devait pas totalement contrôler son pouvoir, pour que sa voix soit si instable. Tout cela ne me gênais pas et me tirais même quelque fois un sourire, des voix diverses et variées se faisaient entendre, certains collant parfaitement à la chanson, d’autre en total contraste. Sans me moquer, c’était plutôt amusant. J’appuyais légèrement sur la poignée pour ouvrir la porte et mieux entendre sa voix. La porte étant fermée, je ne percevais pas très bien le son de sa voix. La porte s’ouvrit dans un grand grincement, qui me fit me figer sur place. En aucun cas je ne voulais le déranger … Nos regards se croisèrent et comme à mon habitude, je m’apprêtais à partir. C’est pour cela que nous nous étions jamais adressé la parole, je ne lui laissais jamais le temps de prononcer le moindre mot. Je fuyais toujours, un quelconque dialogue avec lui. De toute façon je fuyais face à tout le monde …

Spoiler:
 


Dernière édition par Kang Sun Joo le Mer 16 Mai - 11:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: # Ma voix sera un jour aussi belle que le paradis # (PV)   Ven 11 Mai - 19:49

Les dernières notes de la musique s’évanouirent dans le silence de la nuit, résonnant légèrement dans l’obscurité de la salle. Ki Seok soupira. Apparemment, ce n’était pas ce soir qu’il réussirait à maîtriser son don. Sa voix avait encore changé plusieurs fois et même si ces changements n’avaient pas sonné horriblement faux lorsqu’il avait chanté la musique la seconde fois, elle avait changé et ce fait le dérangeait. Une nouvelle fois, il soupira. Alors que l’adolescent allait se perdre en mélancolie dans ses souvenir, un grincement le ramenant brusquement à la réalité. D’un bon il se redressa et regarda en direction de la porte.

La lumière de la salle n’était pas allumée mais la pleine lune brillait suffisamment pour que Ki Seok puisse voir distinctement qui se dressait dans l’encadrement de la porte. C’était cette jeune fille qu’il avait déjà vu plusieurs fois l’observer alors qu’il chantait ici même. Leurs regards s’étaient déjà croisés à plusieurs reprises mais jamais ils ne s’étaient adressés la parole. C’était comme si la musique elle-même avait créé un lien entre eux. Parfois, Ki Seok la croisait dans les couleurs et ils échangeaient un regard pendant quelques instants avant de continuer leur chemin respectif.

Ki Seok n’avait jamais eu l’occasion de lui adresser la parole. Lorsqu’il l’apercevait durant la journée, il n’avait pas le temps et lorsqu’elle l’écoutait les nuits comme celle-ci, elle s’en allait avant même qu’il n’ait pu prononcer un mot. Mot qu’il ne prononçait pas facilement du fait de sa timidité naturelle. En fait, Ki Seok ne connaissait même pas si nom ou son prénom. Alors il resta là sans rien dire et sans bouger, les bras le long du corps, sans savoir quoi faire.

Regardant en biais vers le sol, l’adolescent se disait qu’il fallait faire quelque chose pour briser la glace mais que pouvait-il bien faire ? Engager la conversation ? Très bien ! Mais comment ? Ki Seok n’était pas vraiment le genre de personne qui savait comment s’y prendre pour entamer la conversation avec quelqu’un qu’il ne connaissait pas. A vrai dire, il ne savait pas comment s’y pour lancer la conversation même avec les gens qu’il connaissait, à quelques exceptions près. Mais il fallait faire quelque chose. Alors, toujours en regardant de côté, Ki Seok fit un signe de la main pour la saluer.

- Salut.

Une voix de femme se mêla à son air gêné et ses joues rosirent. Ce don n’était pas toujours pratique. Son apparence androgyne et cette douce voix féminine lui donnait vraiment l’air d’être une fille et sa timidité ne fit que redoublé. Il relaissa tomber son bras le long de son corps et se mit à balancer lentement de droite à gauche, ne sachant pas quoi dire ou faire de plus. Parfois la timidité était une bonne chose mais dans ce cas là, c’en était une très mauvaise. Ki Seok entrouvrit la bouche, espérant que quelque chose en sortirait mais la referma aussitôt. Puis, finalement il réussit à articuler quelques mots à voix basse, tout en s’inclinant légèrement face à la jeune femme.

- Merci de venir m’écouter souvent. Ca me donne du courage.

Puis, ne sachant définitivement plus quoi dire, Ki Seok arrêta de se balancer et joignit ses mains et se mit à les triturer nerveusement. Les relations humaines n’étaient pas sa spécialité mais il devait aller au délà de sa timidité ou bien il ne se ferait jamais de nouveaux amis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: # Ma voix sera un jour aussi belle que le paradis # (PV)   Mer 16 Mai - 12:38


Ki Seok & Sun Joo

Je fis demi-tour alors, que le jeune homme finissait son morceau. Le silence s’imposa bien vite dans la salle de classe vide. Je m’apprêtais à m’engager dans les couloirs sombres, afin de rejoindre ma chambre, quand il m’interpella. Je m’arrêtais. Il m’avais vu et pour la première fois, je ne m’étais pas éclipsée assez vite. Il m’adressa un bref « salut » avant que le silence reprenne sa place. Entre nous il semblait régner en maître. Ni lui, ni moi n’avait déjà adressé un mot à l’autre. Je m’étais habituée à ces seuls regards, que nous échangions dans les couloirs de l’orphelinat. Pour une fois, un de nous avais brisé la glace, ça ne m’étonnais pas qu’il m’ait adressé la parole en premier. Je n’étais pas du genre à aller vers les autres, à part si quelque chose m’y poussais ou si la personne en face de moi m’y forçait. Or, il n’avait jamais essayé de m’adresser un seul mot … Ce silence ne me dérangeant pas, je m’étais contenter de venir le voir une fois la nuit tombée. J’écoutais et je repartais … Cette petite habitude ne m’étais pas désagréable. Je savais au moins qu’ici quelqu’un partageais la même passion que moi. Cependant ça n’avait pas été une raison suffisante pour que la solitaire que je suis fasse le premier pas. Je me retournais pour lui faire face et lui adressais un faible sourire … Ce sourire timide et hésitant, que j’adressais aux personnes que je connaissais peu. Soit à quasiment la totalité des orphelins. Sa voix avait encore fait des sienne et s’était changée, pour prendre un timbre féminin. Il ne semblait pas savoir quoi dire et je n’en menais pas large non plus. Pourtant il faudrait bien que je fasse un effort. Il avait fait le premier pas, même si ma personnalité aurait voulu que je regagne ma chambre sans demander mon reste, le fait que nous partagions la même passion me rendais curieuse et je mentirais si je disais que je refusais catégoriquement de le connaitre. Je pensais qu’il serait plus facile de l’abordé en étant consciente de ce point commun. Au moins je saurais de quoi lui parler si le silence se fait trop pesant et désagréable, c’était toujours ça de gagné. Il reprit la parole d’une faible voix. Il me remerciait de venir l’écouter, qua ça lui donnait du courage. Je m’avançais dans la salle et daignais lui adresser quelque mot, après tout je n’avais rien à perdre.

- De rien … Tu es vraiment doué, j’aime beaucoup ta voix, dis-je d’un ton qui se voulait amicale.

Je pensais vraiment ce que je disais, la franchise était une de mes qualité ou peut-être même un de mes défaut, je disais tout, même si ce que je pensais était méchant et vraiment mal placé. Franche certes, un peu trop certainement … Je replaçais à la vas vite une mèche de cheveux qui me barrait le visage et ajoutais, pour combler le silence de la nuit :

- Tu chantes depuis longtemps ?

Même si dans un premier lieu je lui avais demandé ça juste pour ne pas nous replonger dans un mutisme gênant, au final je m’intéressais sincèrement à ce sujet. De toute façon tout ce qui touchait à la musique m’intéressais énormément et je crois que c’est le meilleur sujet à aborder si on veut me tirer quelques mots, enfin plus que je n’en dirais de moi-même. Je m’approchais un peu plus et m’assis sur une des tables qui trônaient dans la salle de classe. Les yeux dans le vague, j’ajoutais :

- En tout cas c’est une très belle chanson que tu chantais …

Je n’avais pas réussis à la reconnaître ou alors je ne la connaissais tout simplement pas. Je fixais un point invisible au fond de la salle et le calme retomba dans la salle. Je n’avais jamais été très douée pour discuter longuement avec quelqu’un … J’essayais tout de même de ne pas paraître totalement asociale face au jeune homme. Quelqu’un qui puisse comprendre ma passion pour la musique, la danse et le chant ne serait vraiment pas de refus … C’est le seul sujet qui me passionnait réellement, mais ici pas grand monde ne semblait s'y intéresser.

Spoiler:
 


Dernière édition par Kang Sun Joo le Dim 20 Mai - 9:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: # Ma voix sera un jour aussi belle que le paradis # (PV)   Sam 19 Mai - 20:38

Prendre la parole n’avait peut-être pas été la meilleure idée de Ki Seok. Avant qu’elle ne lui adresse un mot, les quelques dizaines de secondes qui s’était écoulées avaient semblé être des heures pour le jeune homme. S’il avait pu prendre ses jambes à son cou il l’aurait certainement fait mais la jeune fille se trouvait dans l’encadrement de la porte et il aurait été totalement impoli de forcer le passage pour s’en aller après avoir enfin rompu la glace. Alors lorsque celle dont il ignorait le nom s’avança de quelques pas dans la salle, ce fut comme un poids qui disparaissait. La gorge nouée de Ki Seok se détendit un peu et il put déglutir. Puis, pour la première fois, il entendit la voix de cette personne avec qui il échangeait des regards dans lesquels il voyait la même passion qui était la sienne. Pourtant, sa réaction au compliment qui lui était fait ne se fit pas attendre. Il avait la bouche entre-ouverte, véritablement surpris. Il baissa subitement la tête et ses joues virèrent au rouge vif. Intérieurement, Ki Seok remercie l’obscurité pour dissimuler son gêne mais en fait, la lumière de la lune permettait tout à fait de le voir sans problème. Il se mit à triturer ses mains un peu plus nerveusement.

- Je . . . Merci. Merci beaucoup.

A vrai dire, généralement, pour tout ce qui se rapportait à sa voix, les gens ne disaient que très rarement des commentaires positifs. La plupart du temps, on se moquait de lui à cause de ses changements de voix incongrus. Alors un compliment comme celui-ci faisait chaud au cœur de Ki Seok à tel point qu’il ne sut pas donner une réponse plus construite que celle-ci. Puis vint la question suivante. En quelques instants, un tas de souvenirs refirent surface dans l’esprit de l’adolescent. Il se revit danser dans cette même salle des années auparavant. Souffrir, sourire, se sentir vivre à chacun de ses mouvements. Et puis cette blessure. Lorsque cette pensée le traversa, le blond se mordit la lèvre et se contenta de répondre sans relever la tête avec un ton plus triste qu‘il ne l‘aurait voulu.

- Ca fait deux ans.

Ki Seok soupira silencieusement. Il avait peur que le ton de sa voix ne mette la jeune fille mal à l’aise alors il releva la tête et après l’avoir regardé deux secondes, il regarda en biais, ne pouvant soutenir le regard de quiconque au-delà ce laps de temps. Alors, prenant une profonde inspiration, il décida d’expliquer brièvement son parcours.

- En fait, avant je venais ici pour danser. Je dansais presque toute la nuit et je dormais à peine quelques heures. J’étais assez bon je crois. Mais . . . Un soir je me suis blessé et j’ai dû me faire opérer et depuis, je ne peux plus danser. Ce serait trop risquer pour moi de reprendre. Alors, avec mon don, j’ai décidé de chanter. Après tout, c’est sur de la musique que je dansais alors . . .

Et bien, c’était la première fois que Ki Seok parlait autant à quelqu’un qu’il ne connaissait pas. C’était certainement à cause de cette passion qu’ils partageaient tous les deux. Grâce à ça, c’était un peu comme s’ils se connaissaient un peu. Ki Seok s’assit à une table et regarda à travers la vitre à nouveau. Oui, c’était une très belle chanson. Elle était triste et pourtant, l’adolescent l’aimait beaucoup. Il y avait un passage qui l’envoyait toujours loin dans ses pensées. Sans s’en rendre compte, il se remit doucement à la chanter.

- Saranghae saranghae. Boyeojulsuittni ? Saranghae saranghae. Saranghaejugetni ?

Un doux sourire se dessina sur les lèvres. Un beau sourire rêveur. Mais rapidement, il se rappela de l’endroit où il se trouvait et avec qui. Ki Seok secoua vigoureusement la tête et, toujours assis à la table de cours, il regarda en direction de la jeune fille sans pour autant la regarder directement.

- Et . . . Toi ? Fit-il en grimaçant à cause du fait qu’il venait de la tutoyer. Tu fais de la musique ?

Ki Seok n’en était pas certainement mais ce dont il était sûr, c’est qu’elle aimait ça au point de passer parfois une partie de la nuit à écouter un parfait inconnu chanter alors que sa voix avait bien souvent des problèmes. En fait c’était à cause de ces problèmes que Ki Seok chantait principalement la nuit. Durant la journée, peu importait l’endroit où il se trouvait, quelqu’un venait toujours lui dire de ce taire pour je ne sais quelle raison ou bien on venait clairement se moquer de lui. Alors le blond avait choisi de rester dans cette endroit si cher à son cœur et venait presque toutes les nuits à la même heure. C’était son sanctuaire et pour la première fois, il avait clairement invité quelqu’un à y mettre les pieds.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: # Ma voix sera un jour aussi belle que le paradis # (PV)   Dim 20 Mai - 10:31



Ki Seok & Sun Joo


Le jeune homme semblait tout aussi mal à l’aise que moi et son teint vira au rosé, quand je lui adressais un compliment. Il me remercia et je souriais. Suite à ma question, il sembla se plonger dans ses pensés. Peut-être se souvenait-il ? Après tout je n’en savais rien je n’étais pas dans sa tête. Ma question avait peut-être ravivé des souvenirs, que je n’espérais pas trop pénibles. Je ne voulais pas lui rappeler de mauvaise chose. Je savais ce que c’était de se morfondre dans des souvenirs qu’on préférait oublier … Ce n’était vraiment pas agréable. Deux ans … Ça commençait à faire pas mal de temps en effet. Pour ma part, ma passion pour la musique je l’avais depuis ma plus tendre enfance. Quand je n’étais encore qu’une gamine je reproduisais les chorégraphies que je voyais à la télé, sous le regard attendri de … Mes parents et de Hyo Yeon aussi parfois. Non ! Je ne devais pas penser à ça maintenant. Je soupirais. Il s’était exprimé d’un ton assez triste. Peut-être avais-je visé juste, il se souvenait de quelque chose et ça n’avait pas l’air joyeux vu l’expression de son visage. Il tenta un regard dans ma direction, mais ce dernier se détourna bien vite. Il semblait vraiment timide et mal à l’aise. Je n’aimais pas trop ça. Je n’appréciais pas forcément mettre les gens mal à l’aise, à par si, bien sûr, c’était volontaire. Je ne me sentais pas très à l’aise non plus à l’instant présent, mais c’était plus dû à mon manque total de sympathie et de capacité à me faire des amis, qu’à la timidité. Je fixais mes pieds qui ne touchaient pas le sol, alors que j’étais assise sur cette table et les balançais distraitement. Il prit la parole, je l’écoutais attentivement sans lever le regard du sol. Cependant un mot me fit comme l’effet d’un électrochoc. Ma passion première, pire que le dessin, le chant ou même la musique … La danse. Il semblait aussi partager cette passion, il venait avant ici pour danser. Je ne l’avais jamais vu danser … La première fois que j’étais venue dans ce couloir, j’avais été guidée par sa voix. Comme moi il ne pouvait plus danser, sauf que moi je transgressais souvent cette interdiction, ce qui n’arrangeait en rien ces quintes de toux qui me pourrissaient la vie. Les médecins de l’orphelinat me disaient souvent de faire attention, est-ce qu’ils réfléchissaient trente secondes à ce qu’ils me demandaient ? M’empêcher de danser c’était comme couper les ailes d’un oiseau ou sortir un poisson de l’eau et l’abandonner sur le rivage … Ils m’ont enlevé la seule chose qui me faisait survivre entre ces murs. S’ils s’avaient à quel point je les haïssais rien que pour ça et pour tellement d’autres choses encore … Les yeux toujours baissés sur mes chaussures, je murmurais.

- Je dansais aussi avant … Avant cette stupide injection qui m’a rendu malade. Enfin … Je danse toujours de temps en temps, mais ça me fatigue beaucoup et ça n’arrange en rien mon virus.

J’avais prononcé ces mots sans vraiment y prendre garde. C’était en quelque sorte sorti tout seul. Je me sentais en confiance avec lui, le fait que nous partagions la même passion pour le chant, la danse et la musique, me poussaient à être un peu plus loquace avec lui. Il alla s’assoir à une table et les yeux perdu dans le paysage sombre qui se mouvait derrière la fenêtre, il se remit à chanter. Pour ne pas changer de d’habitude, je l’écoutais attentivement. Quand il réussirait à maîtriser son don, sa voix sera vraiment très belle et il pourrait en faire ce qu’il voudrait … je l’enviais. J’aurais tellement aimé avoir un don moi aussi. J’ai juste hérité d’une maladie … Je suis devenue une virus parmi tant d’autre. Les paroles de la chanson qu’il chantait, étaient vraiment belles et vue le sourire qu’il affichait, il semblait apprécier cette chanson malgré la tristesse du message qu’elle passait. Il me posa une question, auquel je me fis un plaisir de répondre.

- Oui … Je joue du piano et tout petit peu de guitare, mais je suis bien plus douée au piano.

Étant arrivée très jeune ici, j’ai dus me débrouiller toute seule pour apprendre à jouer. J’avais les bases, car très tôt ma mère m’avait initié au piano. Cet instrument qu’elle maîtrisait si bien. J’étais destinée à allé dans une école artistique m’avait-elle dit un jour … Je me retrouvais enfermée ici maintenant … Comme je ne pouvais plus danser, enfin plus aussi souvent qu’avant sans trop m’épuiser, je me contentais de chanter. Même si ce n’était pas ce que je préférais faire, c’était la seule échappatoire que j’avais trouvé pour m’évader de cet orphelinat … La musique me transportait et c’était tout ce qui me fallait. Me sentir rien que le temps d’une chanson, dans un autre monde, ailleurs, quelque part où cet orphelinat miteux n’existerait pas …

- Comme je n’ai plus la possibilité de danser quand bon me semble, je chante …

Tout cela me faisait un gros point commun avec lui. Il aimait la danse mais ne pouvait plus la pratiquer, il chantait et aimait la musique. C’était une similarité, que je ne pouvais pas négliger. Laissant mes pensées dérivés … Je me mis à chanter doucement.

- Where are you ? Eolmana gakkai wa inni Geutorok wonhadeon kkume ? Yeogi nan ajik neomeojigo tto ulgo. Dachigo jichyeoseo ireoseol himjocha eobseo. Geuchiman neon nal bogo utgetji …

Je me tus laissant le silence retomber dans la pièce. J’aimais cette chanson, car elle représentait tellement bien ce que je ressentais … J’avais l’impression de me retrouver dans les parole. Je relevais la tête vers le jeune homme, un sourire encore un peu timide sur le visage.

- Au fait, depuis le temps que je viens t’écouter chanter, tu ignores toujours mon prénom … Je m’appelle Sun Joo. Kang Sun Joo.

J’étais prête à faire des efforts pour crée un semblant de lien amicale avec lui, après tout nous partagions la même passion … Ce ne serait que plus facile.

Spoiler:
 


Dernière édition par Kang Sun Joo le Mar 29 Mai - 14:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: # Ma voix sera un jour aussi belle que le paradis # (PV)   Dim 27 Mai - 17:51

Lorsqu’il avait parlé de la danse, Ki Seok avait senti comme un changement de la part de l‘inconnue. Comme si ce mot avait été suffisant pour capter complètement son attention. Comme s’il était la clé permettant d’avoir accès à quelques uns de ses sentiments le plus enfouis. Enfin, l’adolescent ne savait pas trop comment définir cela mais il était certain que la danse avait quelque chose à voir avec elle. Et il s’avéra qu’il avait vu juste. Elle lui apprit qu’elle était habituée à danser par le passé. Un passé révolu et qui ne reviendra jamais. Elle avait subit l’injection comme tous les gamins de cet orphelinat mais ne faisait pas partie des plus chanceux. Cette fille était de ceux qu’on appelait les Virus. Ki Seok n’aimait pas cette appellation. Ca semblait si méchant d’appeler certaines personnes de la sorte . . . Malgré le fait que cette opération l’ait traumatisé pendant plusieurs années, Ki Seok était finalement en quelques sortes content du don qu’il avait développé malgré le fait qu’il ne le maîtrisait toujours pas.

Mais soudain, l’androgyne se sentit affreusement gêner. Lui avait eu de la chance par rapport à elle. Sans même le savoir, Ki Seok se mit à haïr violemment les instigateurs de ce projet. Il ne l’avait jamais vu de cet angle là mais au final, tout ce qu’ils faisaient, c’était volé la jeunesse et parfois la vie des orphelins qui avaient le malheur d’atterrir ici. Pourtant, cette colère qui faisait fureur n’apparaissait absolument pas sur le visage de Ki Seok. A croire que ce genre de sentiment était bien trop violent pour transparaître sur le visage naïf et enfantin du blond.

Puis elle en arriva à dire qu’elle chanter parce qu’elle ne pouvait plus danser lorsque l’envie lui prenait. C’était exactement pour la même raison que Ki Seok s’était mis au chant. Avec sa jambe désormais trop fragile, il lui avait fallu trouver quelque chose pour compenser et c’était donc assez logique de se tourner vers le chant, tout comme la jeune fille qui venait de s’assoir sur une table. C’est alors qu’elle se mit à chanter. Un sourire se dessina sur le visage de Ki Seok. Habituellement, c’était l’inverse. Lui qui chantait et elle qui l’écouter. En tous cas, sa voix était belle. L’adolescent la contempla alors qu’elle se perdait dans sa chanson et se rendit compte qu’il n’avait jamais vraiment vu son visage. Ou quoi qu’il en soit, il n’y avait pas fait attention, bien trop timide pour cela.

Ki Seok ne connaissait pas la chanson qu’elle chantait. Il avait beau fouillé dans sa mémoire, ça ne lui disait absolument rien. Les paroles étaient bonnes à vous déchirer le cœur. Et sa voix était chargé d’émotion, comme si elle avait écrit ces paroles elle-même. S’ils se connaissaient depuis longtemps, Ki Seok se serait levé pour la prendre dans ses bras mais bien entendu, sa timidité et son gêne naturel l’empêchait à 200% de faire quelque chose de la sorte. Lorsqu’elle s’arrêta de chanter, le blond était toujours transporté par la musique. Il se repassait en tête chacune des notes qu’il avait entendu. Et soudain lorsqu’elle reprit la parole, il sursauta, ne s’y attendant pas.

Ainsi elle s’appelait Kang Sun Joo. Ki Seok se releva de sa table pour se tenir droit et s’inclina lentement en regardant le sol. Il se redressa et, faisant doucement baller ses bras d’avant en arrière, il se présenta à son tour.

- Je m’appelle Ki Seok. Kim Ki Seok. Je suis content de faire ta connaissance.

Sentant sa timidité s’effacer légèrement, Ki Seok lui sourit amicalement. Comme d’habitude son sourire lui donnait un air d’enfant. Puis, s’efforçant de ne pas laisser le silence retombé, il ajouta :

- Tu sais, c’est la première fois que je rencontre quelqu’un qui est aussi proche de moi du point de vue de mes passions. J’avais l’habitude de me sentir seul. C’est pour ça que je viens ici la nuit, c’est le seul moment où je chante. Parce que j’associais ça à la solitude. Je suis content de pouvoir partager ça avec toi.

C’est vrai. Il aimait chanter et il voudrait tellement faire partager ça et pourtant, Ki Seok avait rarement l’occasion de chanter pour quelqu’un d’autre. Pourtant, se livrer comme ça avait faire rougir ses joues à nouveau et une expression gênée apparue sur son visage. Il se mit à regarder légèrement vers le sol, passant une main dans ses cheveux. A cet instant précis, Ki Seok ressemblait véritablement à une fille.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: # Ma voix sera un jour aussi belle que le paradis # (PV)   Mer 30 Mai - 13:34



Ki Seok & Sun Joo


Après que je me sois présentée, le silence retomba. Lui perdu dans ses pensés et moi dans les mienne. Les secondes passaient sans que je n’y prête attention, de toute façon qui avait déjà prêté attention à de vulgaires secondes qui s’égrainent au rythme de l’aiguille de l’horloge ? Personne et pourtant … Elles marquaient en quelques sortent le tempo de la vie de l’orphelinat et même en dehors. C’était ça le plus effrayant, elles s’écoulaient si vite sans que nous y prêtions attention et surtout sans que nous puissions les en empêcher. À moins que dans ces murs sommeil un orphelin, qui aurait hérité du contrôle spatio-temporel après son injection ? C’était très intéressant comme don. Surtout si on le maîtrisait pleinement, il ouvrait pleins de perspective. Ce serait amusant et utile à la fois. Malheureusement j’avais juste hérité d’une bronchite chronique, super … Je me demandais si un tel pouvoir impliquait une capacité à remonter le temps ? Je crois que c’était un souhait qu’on avait tous ici, non ? Pouvoir revenir au moment fatidique, qui avait orienter notre vie vers l’orphelinat « Heartbeat », peut-être changer le cours des choses et empêcher l’évènement qui nous avait conduit ici, de se produire. Certains vous diraient que c’était impossible d’empêcher ça, car c’était écrit dans le livre du destin. Je n’avais qu’une chose à leur dire à ceux-là. Si un tel livre existait, je voudrais bien le lire. Histoire de savoir ce qui pouvait se passer de pire ou de mieux après tout ça. À défaut de pouvoir le réécrire. Je me laissais aller dans mes songes, après tout j’avais gardé ce rêve depuis mon injection et le diagnostique de ma maladie. Bien sûr, il ne resterait rien de plus qu’un rêve … Un souhait irréalisable, une chimère, un désir perdu. Comme du sable logé aux creux de votre main, que vous éparpillez d’un souffle. Il y avait ceux qui avaient de la chance et les autres … Moi je faisais partie des autres. L’injection ne m’avait pas épargné, comme beaucoup ici.

Il se leva et se présenta en s’inclinant légèrement, les yeux rivés sur le sol. Il n’était pas utile de faire tant de manière, moi-même je ne m’étais pas inclinée devant lui. J’avais bêtement balancés mes pieds, en prononçant mon nom. Pour dire vrai je ne metais pas vraiment un point d’honneur à toutes ces règles de bonnes conduites. Je n’étais pas mal élevée, non. Enfin je ne me considérais pas comme tel. Juste que je ne respectais pas à la lettre toutes ces choses, qui pour moi étaient sans intérêt. Il se prénommait donc Ki Seok. Je tâcherais de m’en souvenir. Pas que j’avais une mauvaise mémoire, elle était juste très sélective. Enfin, ça ne serait pas difficile pour moi de se souvenir du prénom de celui avec qui partageaient les mêmes passions, à savoir la musique, le chant et la danse. Tout ça était beaucoup trop important à mes yeux. Et ça relevais de l’exploit de trouver dans l’enceinte de l’orphelinat quelqu’un qui partageait les même loisirs et passions que moi. Aussi beaucoup trop précieux pour être négligé. Il semblait lire dans mes pensés, car il fit la même remarque. Lui aussi c’était la première fois qu’il rencontrait quelqu’un partageant le même centre d’intérêt. Honnêtement, aussi froide pourrais-je paraître, ces points communs ne me déplaisaient pas. C’était même tout le contraire. Il avait l’air assez timide et réservé, après ce n’était qu’une impression, ça me faisait donc « plaisir », qu’il dise cela. Surtout que je n’étais pas la fille qui inspirerait le plus confiance ici. Bon après ce n’était pas comme-ci il venait de m’avouer quelque chose d’ultra personnel, mais tout de même. Il n’allait pas aborder le premier idiot de l’orphelinat pour lui dire ça, si ? Non, il n’avait pas l’air du personne qui parlait beaucoup, il avait l’air plutôt introvertie. Après je me trompais peut-être ce n’était que mon jugement personnel, je ne le connaissais pas vraiment de toute façon. Ki Seok avait rougit après avoir parlé, signe que je ne me trompais peut-être pas tant que ça.

- Je suis aussi contente de rencontrer quelqu’un qui me ressemble à ce point sur mes passions, répondis-je en souriant.

Mon sourire n’était plus timide, non c’était un vrai sourire comme on en voyait rarement sur mon visage. J’étais sincère quand je lui disais que j’étais contente de l’avoir rencontré, c’était vrai. Même si d’un certain point de vue on se « connaissait » depuis un moment, vue que ce n’était pas depuis hier que je venais l’observer la nuit. Si j’avais sus qu’un jour on n’en serait là, franchement celui qui m’aurait dis ça, je ne l’aurais pas crus. Je me contentais de l’écouter et jamais je n’aurais pus imaginer une éventuelle amitié entre nous et surtout pas que nous avions autant de points communs.

- Et toi ? Tu joue d’un instrument ou tu es uniquement attiré par le chant ?

Maintenant qu’on était tous les deux là, autant combler le silence qui menaçait de s’imposer à tout moment. Et puis si ça se trouve nous discutons maintenant, mais une fois revenue dans les couloirs de l’orphelinat, nous adresserons uniquement des regards comme à notre habitude. Je ne savais pas trop quoi penser de tout ça. Je verrais bien …

Spoiler:
 


Dernière édition par Kang Sun Joo le Ven 15 Juin - 20:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: # Ma voix sera un jour aussi belle que le paradis # (PV)   Mer 13 Juin - 18:37

Alors que Ki Seok lui avait dit qu’il était heureux de rencontrer quelqu’un qui lui correspondait en tout point par rapport à ses passions, Sun Joo lui avoua qu’il en était de même pour elle. Cette fois, au lieu de rougir comme il l’avait fait quelques instants plus tôt, c’est une magnifique sourire qui illumina la visage de Ki Seok. Il avait l’habitude d’être rejeté voire maltraité la plupart du temps. Et cette fois, la personne qui se tenait face à lui ne faisait ni l’un ni l’autre, bien au contraire. Il aurait bien sauté sur l’une des tables en brandissant les deux bras en l’air mais ça aurait été déplacé. Alors il se contenta de balancer lentement son poids de droite à gauche en continuant d’afficher son magnifique sourire enfantin.

- Et toi ? Tu joues d’un instrument ou tu es uniquement attiré par le chant ?

Ki Seok secoua vivement la tête. C’était assez stupide comme réaction parce qu’après tout, comment Sun Joo pouvait bien savoir à quelle partie de sa question ce signe négatif de la tête pouvait bien répondre. Se rendant compte de ça seulement une ou deux secondes après, Ki Seok s’empressa de prendre la parole pour ne pas avoir l’air trop stupide sur ce coup là.

- Je ne sais que chanter. Il y a pleins d’instruments dont j’aimerais savoir jouer mais je préfère chanter alors je me contente de chanter.

En fait, Ki Seok avait surtout peur de délaisser sa voix s’il se mettait à apprendre à jouer d’un ou plusieurs instruments et sa voix était l’une des choses les plus importantes de sa vie. C’est pour cette raison qu’il n’avait pas appris à jouer d’instruments et peut-être un peu à cause d’un manque de motivation et de fainéantise. Sans raison, une histoire revint en tête de Ki Seok. Certainement parce que Sun Joo avait dit qu’elle jouait un peu de piano.

- Tu sais, il y a quelques semaines je suis entré dans la salle de l’orphelinat où il y a le piano. Et je ne sais pas pourquoi mais il jouait tout seul. C’était bizarre. Ca t’est déjà arrivé ?

La voix de Ki Seok alors qu’il avait dit ça avait été celle d’un petit garçon naïf et innocent. Cette histoire, bien qu’extravagante était tout à fait vraie. Il était entre dans cette salle et le piano jouait tout seul. Pourtant, au lieu de s’en aller en prenant ses jambes à son coup, Ki Seok était resté et s’était mis à chanter pour accompagner ce pianiste fantôme. A vrai dire, il n’a même pas réfléchi au fait qu’il n’y avait personne derrière ce piano alors qu’il était entrain de jouer. Ce n’est qu’après tout que le blond s’était posé des questions sur cet épisode pour le moins étrange.

Chassant ces pensées d’un geste distrait de la main, Ki Seok se reconcentra sur Sun Joo. Il trouvait ça vraiment triste ce qu’il lui était arrivé. Et à nouveau, il ressentit de la colère en lui envers ceux qui avaient pris en main leur destin et leur vie en leur injectant ce produit. Enfin, il leur en voulait d’avoir empêché Sun Joo de laisser libre court à ses passions. Elle ne pouvait plus danser comme par le passé et chanter ne devait pas être toujours simple avec sa maladie. Alors, Ki Seok se dirigea vers la sortie de la salle de cours, ouvrit la porte et y passa la tête.

- Zui hou wo nu hong ! Wo kuang ben wo hui wen ! Bu xiang yao shi jie bian de leng !

L’androgyne n’avait pas parlé, ni même chanté. C’était un cri qui s’était échappé de sa bouche. Un cri qu’on n’aurait jamais pu lui soupçonner. A vrai dire, il en était lui-même surpris. C’était un cri d’homme, pas d’un adolescent et encore moins d’un adolescent comme Ki Seok. Sa voix avait rebondi sur les murs pour se répercuter et raisonner dans tout le couloir. Il fit alors volte-face et regarda en direction de Sun Joo.

- Crier, ça fait du bien des fois. Quand tu as envie de crier, appelle-moi avan.

Et à nouveau, le sourire de Ki Seok était réapparu sur ses lèvres. C’était étrange, il se sentait en confiance avec Sun Joo, comme si les aprioris qu’il avait envers la plupart des gens qu’il venait de rencontrer n’était absolument pas présents dans ce cas là.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: # Ma voix sera un jour aussi belle que le paradis # (PV)   Sam 16 Juin - 11:40


Ki Seok & Sun Joo

Quand je lui confiais que j’étais aussi ravie de rencontrer quelqu’un qui partageait les mêmes passions que moi, un grand sourire fendit le visage de Ki Seok. Je croyais bien que ça nous faisais autant plaisir l’un qu’à l’autre, dans un sens ce n’était pas plus mal. J’avais enfin trouvé quelqu’un qui pourrait me comprendre au mieux, sur le point de vue de ma passion pour la danse, le chant et la musique. Ainsi que ma frustration, sur le fait que je ne pouvais plus danser. Il secoua la tête de droite à gauche en réponse à ma question et une expression surprise se dessina sur mon visage. Je ne savais pas vraiment comment interpréter cette négation. Cependant mes doutes furent rapidement balayés, car Ki Seok s’empressa de se rattraper. Il chantait uniquement, mais aimerait jouer de certains instruments. J’acquiesçais en souriant.

- Si jamais un jour tu veux apprendre le piano ou la guitare, ma porte est grande ouverte, dis-je simplement, avec ce sourire qui ne me quittait pas.

Chose assez surprenant quand on voit la personnalité que je montre aux autres orphelins. Je savais me montrer sympathique, avec les gens que je voulais. Les autres n’avaient le droit qu’à mes regards noir et mon mépris. J’essayais de me lier avec le moins de personne possible … Pour moi se reprocher de quelqu’un, signifiait se mettre sciemment en danger, accorder à quelqu’un le droit de nous faire souffrir, c’était une chose que je n’appréciais pas et n’arrivais pas accepter. Alors je préférais me faire détester des autres quand cela était possible, car par exemple avec Ki Seok je n’aurais jamais pus me montrer désagréable avec lui, en ayant conscience de ces nombreux moins communs que nous avions ou encore avec Hae Jin, que j’avais gentiment pris sous mon aile, maintenant je n’imaginais pas une seule seconde me montrer hautaine et méchante avec lui. Je lui avais fait cette proposition, car je savais que ça me ferait plaisir d’apprendre la musique à quelqu’un. Après il acceptait ou non, c’était comme il le désirait. Je voulais juste qu’il sache, que si jamais l’envie lui prenait et bien ce serait avec plaisir.

Ki Seok changea de sujet, enfin pas totalement car ça avait toujours un petit rapport avec la musique, mais c’était … Différent. Il me raconta qu’une fois il avait vu le piano de la salle de musique jouer tout seul. J’eu un petit rire. Une personne normale l’aurait prit pour un fou à lier, seulement nous, les orphelins d’Heartbeat sommes bien placés, pour savoir que le surnaturel est bel et bien réel. Après tout ils avaient bien réussis à nous injecter un produit suffisamment étrange pour qu’il nous apporte une maladie ou un pouvoir. Alors un piano qui jouait tout seul, ça ne m’étonnais pas vraiment … Peut-être que l’orphelinat était hanté par les âmes de ceux qui n’avient pas survécu à leur injection ? Totalement bizarre et étrange, mais pourtant plausible avec tout ce qui se passait entre ces murs. J’étais certaine, que nous n’étions même pas au courant du tiers … Franchement des fois j’aimerais bien être dans la tête d’un membre du staff pour savoir ce qui se tramait concrètement, ce qu’ils nous cachaient et ce qu’ils daignaient nous montrer. L’occasion d’être témoin de ce genre de phénomène ne m’avait pas été donnée, mais ce n’était pas pour autant que je ne croyais pas les dires de Ki Seok.

- Non ça ne m’est jamais arrivé … Mais cet endroit est tellement étrange que ça ne m’étonne même pas, me contentais-je de répondre.

J’ignorais quel âge avait Ki Seok mais il me faisait penser à petit enfant. Son comportement et parfois sa façon de parler. Rien que quand il m’avait raconté sa petite aventure dans la salle de musique, sa voix avait été naïve et innocente. Ce point me rappelait Hae Jin et sa crédulité, que je tentais tant bien que mal de protéger.

Ki Seok resta silencieux quelques instants puis se dirigea vers la porte, au départ je croyais qu’il voulait partir et je me demandais pendant une fraction de seconde, pourquoi ? Cependant je remarquais bien vite que ce n’était nullement son intention. Il se mit à chanter ou plutôt crier en chinois. Oui, j’avais reconnus cette langue car je l’étudiais. J’avais d’ailleurs à peu près compris ce qu’il disait, bien que certains mots me soient inconnus, j’avais compris le plus gros et donc saisis le message qu’il voulait y faire passer. En clair, il ne fallait pas abandonner lâchement et continuer de se battre et de se débattre pour ne pas se laisser vaincre. Sa voix avait totalement changé quand il avait crié. Une vraie voix d’homme, pas celle d’un adolescent. Peut-être que son pouvoir faisait encore des siennes ou alors il l’avait changé volontairement … Il ajouta que crier faisait du bien, mais que je devais l’appeler si l’envie m’en prenait.

- Ne t’inquiètes pas tu seras le premier prévenu, dis-je malicieusement.

Puis distraitement, histoire que notre conversation ne se clôture pas ici et que je puisse profiter de sa compagnie encore un petit peu, j’ajoutais :

- Tu parles chinois ?

Je lui avais demandé ça, à cause des paroles qu’il avait prononcé précédemment. Peut-être était-ce les paroles d’une chanson que Ki Seok avait tout simplement apprise par cœur ou alors il parlait réellement chinois. Pour ma part, j’étudiais cette langue et même si j’arrivais plus ou moins bien à la comprendre j’avais quelques difficultés à la parler … Et puis j’étais bien loin d’être bilingue avec cette langue, alors avec moi valait mieux utiliser du vocabulaire simple …

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: # Ma voix sera un jour aussi belle que le paradis # (PV)   Ven 22 Juin - 22:10