AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The things could have been different.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



MessageSujet: The things could have been different.   Mar 15 Mai - 12:34

" Ce que vous appelez la gentillesse, j’'appelle ça de la faiblesse. "
Tenue.
Seize heures trente deux affiché au réveil. L’ennui était là, il avait encore passé une grande partie de la journée à suivre leurs foutus entrainements. Ton don est merveilleux, répétaient-ils. Qu’est-ce qu’il s’en fichait de l’ampleur de cette faculté. Il avait trop perdu pour en arriver là. Ses yeux scrutaient chaque parcelle du plafond de sa chambre. Un oiseau en cage, voilà ce qu’il était. Même si la porte de la cage était ouverte, il revenait forcement et cela, ça restait inexplicable pour lui. Un sentiment de frustration face à ce retour à la case de départ, il finira donc ses jours ici ? Enfin, il ne l’espérait pas pour cette fin de journée. Sur un coup de tête, il se dirigea vers la salle de bain pour s’habiller et sortir à l’extérieur. Il avait besoin d’air. Faire face à des gens ‘normaux’, crédules de ce qui se passaient dans leurs villes, il fallait bien cela pour changer d’air. Un instant pour se leurrer, un instant pour se sentir plus humain. Discrètement, il arbora les couloirs de l’orphelinat. Evitant les amis, les connaissances, les membres du staff, il ne souhaitait être vu et pourtant, au fond de lui, il savait ne pas passer inaperçu. Si c’était le cas, comment se faisait-il qu’ils le retrouvaient toujours ? Il était orphelin mais, un sentiment d’être prisonnier s’entremêlait à cette condition. Un pied dehors, il prit la route vers Seomyeon. A cette heure, les festivités n’étaient pas lancées. Au contraire, le calme régnait encore quelque peu. Une direction prise régulièrement par le jeune homme, une ambiance joviale y régnait. Même lorsque la nuit n’était pas encore tombée. Il lui était déjà arrivé de s’installer sur un banc et regarder les rues se remplirent au fur et à mesure. Lentement mais surement, les personnes insouciantes y gravitaient avec d’autres. La musique résonnait. Les débordements d’une soirée trop arrosée se multiplièrent lors de son observation. Et, à ce moment précis, il n’était pas sollicité pour réparer les pots cassés. Non, il était un mec banal assis sur un banc à observer, à rester en dehors des histoires.

Pour cette fois, il opta pour une autre habitude. Ce fut le temps pour faire des emplettes. Boire un coup dans un bar du coin, acheter de quoi grignoter dans l’épicerie du coin, flâner dans les rues à regarder les vitrines des magasins, c’était toujours mieux ainsi qu’être enfermé. Une solitude fuit par beaucoup. De son coté, Woo Yeol arrivait à s’y plaire. Enfin, un temps. Car, en effet, la solitude avait un beau coté d’être tranquille. Seulement, elle avait l’inconvénient de nous faire réfléchir un peu trop. L’esprit cherchait à se distraire, ses pensées divaguèrent dans le passé. L’élément déclencheur étant une glace à l’eau, qui retraça un souvenir d’enfance. Bien trop loin, une pensée qui avait longtemps été enfouie ; celle de son meilleur ami. Commençant à peine à manger cette glace, il croqua à pleines dents et la jeta à la prochaine poubelle. Un mal de tête survint. Un temps de pause. Une façon d’oublier, il s’endurait une douleur brève pour éviter la nostalgie. Ce sentiment ne lui avait jamais réussi. La main sur son front, il ne chercha tout de même pas à la calmer et continua plus lentement son chemin. Le temps s’était couvert. La soirée s’annonçait là pluvieuses. Puis, alors que c’était instant météo dans sa tête, il regarda brièvement par-dessus son épaule. Un étrange sentiment qui était celui de se sentir suivi. Lorsqu’il flânait déjà, il l’avait ressentit. Seulement, il en fit abstraction pour ne pas se noyer dans une paranoïa stupide. Si nous devions toujours par-dessus notre épaules, nous n’avancerons pas tellement. Néanmoins, sur ce coup-là, il souhaita en avoir le cœur net et il s’engagea dans une petite ruelle peu fréquentée. Aux allures un peu miteuse, il se cacha rapidement derrière l’une des grandes poubelles.

Combien devrait-il rester là pour prouver ses divagations ? Il le jugera à son beau vouloir. En tous cas, pas des lustres, les odeurs par ici étaient très loin d’être agréables. Qu’est-ce qu’il ne faisait pas là. Si cela ne s’avérait pas verdict, il semblerait que notre jeune homme se sente véritablement idiot d’avoir agi de la sorte. Ne voulant pas penser à une erreur, il réfléchit à qui pouvait bien le suivre. Surement, est-ce encore l’un de sbire de l’orphelinat qui lui demanderait de rentrer. Il avait la fâcheuse sensation d’être un enfant caché dans un placard après une faute commise ou parce que, à l’extérieur, il ne fait pas bon vivre. D’un coté, il ne voulait pas encore rejoindre l’extérieur, il voulait encore profiter une heures ou deux, voir plus, de cette ballade. Puis, des pas se firent entendre non-loin. Alors, il ne fabulerait pas. Tapi dans l’ombre de ces immondices, il opta pour attendre encore un peu avant de se montrer. Encore un peu, pour entrevoir la personne qui le suivait. Pour, au moins cette fois, avoir une longueur d’avance sur cette personne, il attendait alors patiemment. Et, c’était bien l’une des rares fois où il en faisait preuves...


Dernière édition par Jang Woo Yeol le Mar 15 Mai - 15:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

「 AVATAR 」 : Jang -tapette- Hyun Seung
「 DC 」 : Nam Min Soo
「 DON/MALADIE 」 : Amnésie

MessageSujet: Re: The things could have been different.   Mar 15 Mai - 14:22


I wanna be your friend, can I ?


Tenue
Aujourd’hui n’était pas tellement différent de hier ou de demain pour Hae Jin. Le jeune homme passait souvent le plus clair de son temps à rester enfermé dans sa chambre, porte close, car au final c’était là qu’il se sentait le mieux. Assis à son bureau, juste en face de la fenêtre, il regardait distraitement le ciel. Bien qu’il soit encore d’un peu éclatant, des nuages grisâtres commençaient à venir pointer le bout de leur nez ça et là. Il ne savait pas vraiment quelle heure il était, n’y prenant pas garde. Il s’ennuyait un peu, il avait passé une bonne partie de la journée à dessiner et dormir, et maintenant il ne savait plus comment occuper son temps. C’était un jour de week-end et il n’avait aucun cours auquel assister pour chasser cet ennui apparent. Il fallait qu’il s’occupe par lui-même.
Mais alors qu’il rêvassait, une silhouette fit son apparition dans son champ de vision, à travers la fenêtre. Hae Jin avait l’avantage d’avoir sa chambre située de façon à ce que, depuis sa fenêtre, il puisse voir les allées et venues des gens de l’orphelinat à l’extérieur, et vice versa. Et là, c’était Jang Woo Yeol qui s’apprêtait à quitter la pension, pour aller prendre l’air sans doute.
Sur un coup de tête des plus étonnants, le jeune homme sauta d’un bon de sa chaise, farfouilla rapidement dans son armoire pour trouver une veste et enfila une paire de chaussures à la va-vite avant de quitter précipitamment sa chambre. Il s’engouffra alors dans les couloirs et se hâta de sortir, sinon il allait le perdre de vue. De toute façon il pouvait bien sortir lui aussi, non ? Il avait entendu parler de permissions de sorties, mais il n’en connaissait pas les horaires et puis de toute façon il ne se sentait pas concerné. Il ne faisait rien de mal s’il allait se balader dehors, non ? Mais pourtant .. Hae Jin était terrifié par ce qu’il pourrait trouver en ville, se retrouver face à des gens bizarres face auxquels il ne pourrait pas se défendre. Mais, s’il parvenait à retrouver Woo Yeol, il serait en sécurité, non ?
Hae Jin vouait une sorte d’admiration sans bornes pour ce gars-là. Il ne savait pas pourquoi, quand il le regardait, il l’enviait, en quelque sorte. Il avait envie d’en savoir plus pour lui, il avait l’impression qu’il pourrait devenir son modèle de maturité. Il était calme et semblait sûr de lui. Il avait envie de lui ressembler. Alors, depuis quelques temps, il essayait de s’approcher, de lui parler, mais sans savoir pourquoi, l’autre l’envoyait toujours balader. Pas très sympathiquement en plus. Alors peut-être que son modèle n’était pas si cool que ça, mais cette fascination ne disparaissait pas de l’esprit de Hae Jin et il ne pouvait pas s’empêcher de vouloir aller lui parler quand il l’apercevait. Même si pour cela, il devait prendre pour lui et aller dans Busan, chose qu’il n’avait auparavant jamais faite.

Il courait comme un dératé, car il avait pris du retard par rapport à Woo Yeol, et il n’avait aucune idée d’où il pouvait être. Heureusement, Hae Jin avait beau être encore jeune dans sa tête, il était bon coureur et après quelques minutes d’hésitation, halètement et stress de ne pas retrouver celui qu’il cherchait, il finit par l’apercevoir un peu plus loin. Il décida pour commencer de garder une certaine distance avec lui car, s’il s’apercevait qu’il était suivi, surtout par lui, il risquerait de s’énerver et de le ramener à la pension. Mais maintenant qu’il avait réussi à sortir de son plein gré, il avait aussi envie de découvrir la ville.
Les deux protagonistes arrivèrent donc dans le quartier de Seomyeon, même si pour le jeune coréen ce nom ne signifiait rien du tout. Il continuait de suivre le chemin de son aîné qui semblait vouloir flâner dans les rues. Par moments, son regard se décrochait de sa « proie » afin de profiter pour observer les alentours. Les rues étaient animées, bondées, il y avait du monde : enfants, adultes, couples … C’était chaleureux. Bien que le temps fût en train de se couvrir, Hae Jin ne s’en préoccupait pas, trop fasciné par toute cette agitation urbaine. Il y avait beaucoup de magasins, des gens qui parlaient fort, se bousculaient … Lui-même se faisait pousser parfois, personne ne faisait attention à lui.
Il se concentra à nouveau sur Woo Yeol, car s’il se distrayait trop avec la vie du quartier, il risquait de le perdre de vue pour de bon. Trottinant tranquillement, il le vit un peu plus loin commander une glace, la gober toute entière et la jeter dans une poubelle. Hae jin était envieux. Il n’avait pas pris d’argent, étant parti trop vite, et cet étalage de glaces en sorbet et à la crème lui faisait vraiment envie. Mais ce n’était pas le moment de penser à ça, il n’avait pas d’argent pour s’en payer une. Alors il continuait de suivre l’orphelin.

Mais bientôt ce dernier s’engagea dans une ruelle sombre, ce qui eut pour effet d’effrayer le jeune coréen. Qu’allait-il faire là-bas ? Il n’en savait trop rien, mais bon. Il trottina encore pour le rejoindre, se disant qu’il fallait qu’il aille le saluer, même si l’autre serait sans doute fâché. Il trouverait bien quelque chose à lui dire, comme d’habitude, non ? Il ne savait pas trop. En tout cas, il s’approcha jusqu’à l’entrée de la ruelle et pencha la tête pour voir ce que son aîné faisait. Il semblait attendre quelqu’un. S’il savait que c’était lui qu’il attendait parce qu’il se sentait suivi et observé depuis tout à l’heure. Et puis il sembla la voir puisque son regard se posa sur lui, froid, comme d’habitude. Hae Jin se raidit, il était un peu désarçonné, il n’était pas en terrain connu alors pas du tout à son aise … Il voulut dire quelque chose, mais sur le coup, aucun son ne sortit de sa bouche, parce qu’il savait déjà qu’il allait se faire engueuler …

HJ – Hum, j’espère que ça te plaira, c’est pas tip top ><
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



MessageSujet: Re: The things could have been different.   Jeu 17 Mai - 17:56

the people who want to stay in your life will always find a way.
La personne se découvrit lentement non loin de lui et honnêtement, il n’aurait pas parié sur lui. De toutes les personnes qui auraient pu le suivre, il avait omis de poser sa candidature dans les différentes possibilités. Et pourtant, depuis quelques temps, il n’était pas rare de le voir dans les parages. Autant par hasard qu’avec l’intention de, Woo Yeol avait eu dès le départ des difficultés avec ce jeune homme. Avec son caractère, ce n’était pas rare. Néanmoins, il n’avait rien fait de mal. C’était lui, son comportement avec les autres et avec lui. La gentillesse n’avait jamais autant côtoyé la vie de notre jeune guérisseur. Il avait toujours du mal, surtout au sein de l’orphelinat. Comment pouvait-il être si joyeux dans un endroit pareil. Au départ, c’était une énigme dans son esprit. Mais, par la suite, il eut vent de son amnésie. Et, bien sure, tous ceux autour de lui se taisent. Faisons comme si tout était beau ; la vie est belle et les oiseaux chantent. Non, c’était trop demandé. Alors, pendant un laps de temps, il l’avait évité puis, lorsque la rencontre venait à se faire ; il devenait détestable. Il aurait très bien pu être celui qui lui ouvrirait les yeux. Connaissant son tempérament, il aurait pu endosser le rôle du salaud. Cependant, il se rappelait de son enfance ; ces instants d’insouciances qui avaient été les plus belles années dans ce guet-apens. Il apprécierait d’être amnésique, lui aussi. Car, au fur et à mesure, il avait perdu cette beauté de l’innocence. Après quelques secondes à l’observer, il se releva. Lentement, il se dirigea vers lui. Comme à son habitude, il n’y avait aucuns sourires, aucunes expressions tendres. Au contraire, un regard froid et un étrange rictus mal sain s’affichèrent sur son visage. Au moins, il n’était pas parano. Il pouvait se concilier avec cela. Seulement, rien que le fait de l’observer, son regard scruta son visage. Il se rappela tous son ressenti à son encontre. Hae Jin se montra silencieux, surement tendu d’avoir été découvert mais, Woo Yeol n’en prit pas compte.
« Mais, qu’est-ce que tu fous là ?! » Il devint rustre. Ses sourcils se froncèrent. Une phrase pour faire une entrée dans le vif du sujet, il avait toujours eu des difficultés à faire dans la légèreté. D’un coté, cela ne lui ferait pas de mal. En tous cas, cela lui ferait grand bien dans sa vie sociale. Toujours sur la défensive, toujours froid, toujours acerbes avec ceux de l’orphelinat, il comprenait lorsqu’ils le disaient invivable et pourtant, il ne changeait rien à ce comportement. C’était à prendre ou à laisser. Qu’importe le choix, qu’importe la personne, pour le moment, il s’en était toujours accommodé. Oui car, qui sait, peut-être qu’une jour, quelqu’un viendrait à lui ouvrir les yeux, à s’améliorer. Seulement, pour lui, cela semblait peine perdue. « Tu me suivais ? Depuis combien de temps ? Et … Depuis quand tu sors, toi ? » Tant pis, si il passait pour un parano à se sentir suivi, il souhaitait en avoir le cœur net. Il aurait aussi pu faire preuve de patience, une question par une question. Mais, c’était une fois encore, pas dans ses habitudes. Puis, c’était vrai. Mettre un pied à l’extérieur pour Hae Jin, soit il n’avait pas fait attention, soit aujourd’hui c’était une première pour lui. Ceci expliquerait cela. Ou alors, il avait une allure tellement louche qu’il souhaitai élucider. Bon, sur cette dernière possibilité, il divaguait un peu trop. Revenant à son mouton, il put s’empêcher de lier un contact en le bousculant de la main. Une façon de faire bien désagréable pour celui qui devait le subir, Woo Yeol masquait son agacement. Pourquoi lui ? Pourquoi ne pouvait-il pas prendre son mal en patience ? Pourquoi devait-il toujours être désagréable ? Son visage, ses expressions, sa gestuelles, tant de chose le gênaient. Il avait beau tenté à lui parler pour s’expliquer, l’écoutait-il ? C’était à se demander. Son regard divagua vers l’extérieur, observant les passants. Si il était face à lui, il se douterait pas de voir un membre du personnel de l’orphelinat. Il soupira lourdement, passa rapidement une de ses mains dans ses cheveux et lâcha ; « De toute façon, tu as su venir jusqu’ici et tu es assez grand pour rentrer tous seul. Aller, je passe l’éponge pour cette fois. Tchao. »
Une dernière tape sur l’épaule, un sourire brève et loin d’être sincère, il le poussa légèrement de son chemin pour continuer le sien. Il manquerait plus que cela, l’avoir dans les pattes. Un instant, les yeux levaient au ciel. Question baby-sitter, tuteur ou autre personne ayant des responsabilités à respecter envers une autre, il était nul. La possibilité qu’il ne connaissait pas le chemin pour rentrer, Woo Yeol n’y pensa même pas. De plus, il n’avait pas dans ses plans de retourner à l’orphelinat. Il désirait encore trainer ici et là. Il s’extirpa finalement de cette ruelle pour vagabonder encore peu dans les grandes rues de la ville. Devrait-il se soucier ? Il s’arrêta au passage piéton pas très loin, lorsque le bonhomme passa au rouge. Il garda ses yeux fixés sur les bornes blanches, où passaient rapidement les nombreux automobilistes. Une envie de se retourner qu’il refreina juste à temps, en faisant mine de regarder à droite et à gauche. Non, il n’était pas soucieux. Oui, il s’en foutait. Se persuada-t-il, en attendant patiemment de passer au vert.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

「 AVATAR 」 : Jang -tapette- Hyun Seung
「 DC 」 : Nam Min Soo
「 DON/MALADIE 」 : Amnésie

MessageSujet: Re: The things could have been different.   Jeu 17 Mai - 19:18

Why are you so far from me ?


Il avait sans doute bien fait de se taire, de ne pas importuner Woo Yeol de sa voix empreinte d’innocence. Vu le regard malsain qu’il affichait actuellement sur son visage, il était difficile de ne pas deviner que ce dernier était pire qu’ennuyé par la présence de Hae Jin en face de lui. Même lui, du haut de son petit monde tranquille, avait compris et bien réalisé que jamais il n’aurait dû suivre cette pulsion qui l’avait entraîné ici. Il aurait mieux fait de rester sagement à l’orphelinat, dans sa chambre, à lire un bouquin ou à jouer à la console. Oui, mais c’est si simple de dire « il aurait fallu » quand l’erreur était commise. Désormais, Hae Jin était ici, et ne pouvait pas retourner en arrière. Il n’existait pas de moyen pour cela, hormis dans les séries TV de science-fiction. Du moins, c’était ce qu’il pensait. Puisqu’il ne savait rien de ce qui se passait tous les jours non loin de sa chambre d’orphelinat.
La première prise de parole de Woo Yeol fut déjà violente pour le pauvre gosse qui cligna des yeux lorsqu’il se fit engueuler, réagissant comme un enfant, fronçant délicatement les sourcils en attendant de se faire frapper. Mais rien ne vint, du moins, pas tout de suite. Qu’est-ce qu’il foutait là ? La réponse était tout simple, mais encore fallait-il le temps à Hae Jin de se remettre de ses émotions toutes fraîches avant de se sentir capable de s’exprimer correctement. Oui, il l’avait suivi pour le voir, parce que son sunbae l’intriguait. Il ne comprenait pas pourquoi tant de froideur émanait de lui, quel mal avait-il pu subir pour être ainsi. Il n’était pourtant pas le seul à afficher une mine éteinte dans la pension, mais c’était vers lui que le brun s’était tourné pour aller poser ses questions. Peut-être aurait-il dû s’abstenir, ou du moins cesser de l’importuner la première fois que Woo Yeol s’était montré brutal avec lui. Mais non, il y avait cette persistance, il fallait qu’il continue, il ne devait pas abandonner. Si ça se trouvait, ils se connaissaient avant qu’Hae Jin soit frappé par son amnésie et il était fâché qu’il ne se souvienne pas de lui ? Non, impossible, il lui aurait fait la remarque, non ?

Alors qu’il venait à peine de rassembler sa salive dans sa gorge pour expliquer les raisons de sa venue ici, ce fut son vis-à-vis qui reprit la parole, toujours aussi sec. Plusieurs questions s’enchaînèrent. Par chance, le jeune homme les retint toutes. Woo Yeol voulait savoir pourquoi. C’était normal. Il lui demandait aussi depuis quand il sortait. Ah, ça … S’il savait … C’était la première fois pour lui qu’il mettait les pieds à Busan. Il était d’ailleurs complètement effrayé, parce qu’il était en train de se faire sermonner dans un endroit qu’il ne connaissait pas et qu’il ne saurait pas où aller pour se changer les idées. D’ordinaire, après s’être fait prendre un savon, il se réfugiait tout simplement dans sa chambre, seul endroit où il se sentait bien quoi qu’il arrive. Mais là … où irait-il ? Woo Yeol allait-il l’abandonner là ?
Il le poussa de sa main, montrant un certain agacement. Hae Jin resta muet, effrayé. Il avait vraiment mis son interlocuteur en colère. Il ne fallut pas longtemps non plus pour que le sunbae lui dise que s’il s’était débrouillé pour venir jusqu’ici, il saurait rentrer. Le problème était que non, il n’avait même pas pris la peine de regarder autour de lui pour se repérer, partagé entre l’envie de regarder les passants dans leur quotidien, et le stress de perdre Woo Yeol de vue. S’il le laissait là, il pouvait bien crever ici jusqu’à ce que quelqu’un vienne le chercher ! Mais qui viendrait le chercher dans Busan, lui qui ne sortait jamais et n’avait même pas prévenu de son départ ? Personne ne saurait où il était passé, et il resterait là, indéfiniment ! D’ailleurs, le temps qu’il tergiverse intérieurement au lieu de s’exprimer promptement devant son aîné, ce dernier l’avait gratifié d’une tape sur l’épaule et l’avait poussé pour quitter la ruelle sombre. Il n’eut même pas le temps de réagir qu’il avait déjà quitté les lieux.

Il resta statique pendant une minute ou deux, éberlué, ne sachant que faire. Il avait été tétanisé par Woo Yeol qui était son seul repère, sa boussole dans cette ville qu’il ne connaissait pas, et il était parti. Qu’allait-il advenir de lui, ce pauvre gamin qui n’avait jamais vu la ville et qui n’avait personne pour l’accompagner ? Il fallait qu’il bouge d’ici, déjà. Inquiet, il sortit de la ruelle et scruta les alentours dans l’espoir de trouver quelque chose qui le guiderait. C’est alors qu’il aperçut la silhouette de son sunbae près d’un passage piétons, attendant son tour pour passer. Il le fixa un instant, le feu changea de couleur et Woo Yeol avança. Hae Jin ne mit pas trop de temps pour réfléchir cette fois et s’élança à sa poursuite, rejoignant le passage piéton que venait d’emprunter son aîné. Sauf qu’il n’avait pas vu entre temps que le feu était repassé en priorité pour les automobilistes, si peu habitué aux zones urbaines, trop concentré sur sa « cible », ne voulant pas le perdre de vue. Il fallait qu’il s’excuse, bien qu’il ait dit qu’il passait l’éponge. Il devait expliquer les raisons de sa venue, lui dire qu’il était la seule personne qui lui permettrait de rentrer, qu’il ne connaissait pas le chemin du retour puisqu’il s’était contenté de suivre son aîné pour venir jusqu’ici, à Seomyeon, quartier de fêtes et de beuveries. « WOO YEOL – SSHI ! » s’époumona-t-il, dans l’espoir que Woo Yeol s’arrête, ne serait-ce que quelques secondes pour le jauger du regard et reprendre son chemin. Mais il saurait au moins que Hae Jin était là.
Cependant, il était toujours sur le passage piétons et une voiture déboula en face de lui. Le conducteur n’avait pas dû se poser de questions, le feu étant pour lui, et n’avait pas dû voir Hae Jin qui s’engageait sur le passage sans avoir le réflexe humain de regarder à gauche, à droite puis à gauche avant de traverser. L’accident risquait fort d’être imminent, la voiture n’aurait pas le temps de ralentir …

HJ – désolée, c’est naze, et c’est la seule idée qui m’est venue >.< J’espère que tu aimeras o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



MessageSujet: Re: The things could have been different.   Jeu 17 Mai - 22:09

La patience est dure mais sa récompense est pure.
La nuit tombait lentement sur la ville. Certains individus quittaient leurs emplois pour se diriger chez eux, d’autres arrivaient tout juste pour profiter de la soirée. L’orphelin ne voulait rentrer. Même si, cela avait été pour déposer et repartir. Non, il ne voulait pas reprendre cette maudite route. Les poings serrés à attendre, il commençait à s’agiter nerveusement. Ce n’était pas assez rapide. Il voulait quitter cette rue, s’éloigner encore un peu plus. Il lutta pour ne pas slalomer entre les véhicules en plein trafic. Soyons raisonnable. Il n’attendit pas le bonhomme vert, lorsqu’il sut les feux passés au rouge, il arbora le passage pour piétons. Vu de l’extérieur, les citoyens le penseraient presser de terminer une course. Dans sa tête, il exclut l’idée d’être à nouveau suivi. Ce soir, il allait profiter. Oublier cette rencontre éclair, si il le revoit demain, il ne se gênera pas pourtant pour lui rappeler son comportement de la veille. Abattant sa main sur ses cheveux, il se décoiffa pour espérer en faire abstraction. Il était assez grand pour se remémorer la route… A chaque pas pour descendre cette avenue, il se posait encore la question. Puis, son nom se fit entendre derrière lui. Lui et les quelques personnes présentes se retournèrent par curiosité. Hae Jin qui tentait de le rattraper. Quelques secondes à le regarder, un demi sourire s’étendit sur son visage. Une allure désabusée, un mouvement de sa main comme pour le chasser, il fit finalement demi-tour. Seulement les cris de stupeurs des usagers, les pneus crissant de la voiture, Woo Yeol fit rapidement volte face pour voir le jeune homme en bien mauvaise posture. « L’idiot… » pesta-t-il.

Le plus rapidement possible, il passa entre les gens et arriva malheureusement trop tard. Une seconde pour réagir, une seconde pour appuyer sur la pédale de frein, ils se retrouvaient en ville ; une vitesse moindre mais, toujours propice à faire de sacrer dégâts surtout en percutant un corps humain. Avec les personnes environnantes, Woo Yeol évalua à une grande vitesse en rejoignant Hae Jin sur le bitume. Ce dernier semblait encore conscient. Il n’était pas au courant de ce qui se tramait dans l’orphelinat mais, savait-il pour les dons des orphelins ? Il en avait aucunes idées et il n’avait pas le temps de cogiter sur cela non-plus. Il respirait, il devait affreusement souffrir d’un tel choc. L’empathie prit possession et il agit sur un coup de tête. Furtivement, il glissa sa main sous son haut, l’autre à hauteur de son coup pour prendre en considération son pouls. Pour faire taire les cris, il calma le jeu en criant ; « Je suis médecin ! Et … C’est … C’est mon ami, la voiture ne l’a pas percuté de pleins fouet, il est seulement en état de choc. » Sa main au contact de son torse exerça une pression et son don se manifesta. Un moyen pour lui de respirer correctement en réparant les pots cassés puis, sa main à hauteur de son cou passa furtivement sur sa tête pour refermer les plaies et les dommages internes. A cet instant, il prit Hae Jin en aparté ; « Maintenant, tu vas tenter de sourire comme tu sais si bien le faire et montrer que tout va bien. » Même à cet instant où il devait avoir subi un tel choc, Woo Yeol ne s’exprimait pas avec la plus grande des douceurs. Attrapant son bras, il le passa par-dessus sa tête et fit en sorte qu’il se soutienne à lui pour marcher. « Ne vous inquiétez, ma clinique n’est pas loin. Il va bien. » Entre temps, le conducteur avait mis les voiles. Peut-être trop peur d’avoir des ennuis, Woo Yeol se demandait bien si il ne roulait pas un peu trop vite… D’un coté, c’était toujours ça de moins dans les pattes. Au même moment alors qu’il avança dans la rue, il espérait que Hae Jin jouait le jeu et prenait encore un peu son mal en patience. Personnes ne les empêchèrent d’avancer. Au contraire, ils se dégagèrent pour leur faciliter le passage. Et, après quelques minutes, ils réussirent à trouver un endroit tranquille, à l’abris des regards.

L’installant sur un banc d’un parc aux allures abandonnés, il s’étala à son tour sur ce même banc. C’était qu’il était lourd. Surement en parti à cause de la douleur, il se soutenait davantage sur lui. Sachant sa tête guéri par ses soins, Woo Yeol ne put s’empêcher de lui mettre un tapette juste derrière et s’en réfléchir, il ajouta ; « Imbécile ! Ta mère ne t’a jamais dit de regarder avant de traverser !? » Oui, il était gauche, terriblement gauche. Lui, non-plus n’avait plus de souvenir de sa mère mais, ça s’était du à son très jeune âge. Contrairement au jeune accidenté qui avait perdu des souvenirs bien plus concrets. Il racla sa gorge face à cette bourde et le toisa. Comparé à avant, il devait encore plus se sentir mal et qui plus est traumatisé par ce qu’il venait de se passer. Après réflexion, Woo Yeol daigna se manifester plus conciliant. « On a échappé un sacré merdier… D’un coté, comme ça tu aurais découvert un des hôpitaux de la ville, toi qui voulait jouer les touristes. Ils sont plus accueillant en comparaison de la clinique de l’orphelinat... » Se souvenir lui donna des frissons. « Mais, moins doués que moi. » Il sourit à la suite de sa modestie fulgurante et enchaina en le questionnant ; « Où est-ce que tu as mal ? Je vais t’arranger ça… » Son regard prêt à suivre l’endroit indiqué, il ne releva pas le visage vers Hae Jin. Ce devait être l’une des rares fois où il se montrait quelque peu sympathique et prêt à faire quelque chose de bénéfique à son encontre. De son coté, Woo Yeol pensait ne plus exercer son don de la journée et comme à chaque reprise, il était là pour déjouer ses pronostiques.

HJ – T'inquiète, ça me convient ! J'espère à mon tour ne pas avoir fait n'importe quoi. x)


Dernière édition par Jang Woo Yeol le Ven 18 Mai - 12:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

「 AVATAR 」 : Jang -tapette- Hyun Seung
「 DC 」 : Nam Min Soo
「 DON/MALADIE 」 : Amnésie

MessageSujet: Re: The things could have been different.   Ven 18 Mai - 9:28

I wanna thank you for all the things you did for me.


C’était certain qu’Hae Jin n’avait pas réfléchir avant d’agir. Toute sa journée d’aujourd’hui, du moins à partir du moment où il s’était décidé à suivre Woo Yeol, n’était que pur et simple coup de tête. Il était parti de l’orphelinat sans prévenir personne alors qu’il n’avait jamais mis les pieds dehors, il avait suivi son aîné sans demander son reste, et après s’être fait « abandonner » par ce dernier, il l’avait poursuivi, le voyant comme son seul repère dans cette ville inconnue. Il ne valait mieux pas qu’il se rende à Séoul tout de suite … Et maintenant, il s’était élancé sur la voie piétonne sans regarder avant de traverser. Malheureusement pour lui, une voiture avait surgi face à lui et il n’eut pas le réflexe de se jeter loin de la chaussée, complètement figé. Il vit au loin son sunbae qui tentait de revenir vers lui en courant, poussant les gens autour de lui. Il ferma les yeux et attendit de se faire percuter par la voiture, avant de s’écrouler au sol. Sa tête heurta le bitume et la migraine se déclencha presque instantanément. Il était mieux par terre, s’il bougeait il risquait fort de tomber dans les vapes. Mais pour le moment il était encore conscient, bien qu’il garde les yeux complètement clos. C’est alors qu’il sentit une main froide se glisser sous son T-shirt, et son corps émit un frisson au contact de celle-ci. Qui était là ? Woo Yeol ? Une voix s’éleva, et c’était la sienne. Il clamait qu’il était médecin, que Hae Jin n’était pas blessé et qu’il était juste en état de choc. Le jeune homme aurait bien voulu lui dire qu’il avait mal au crâne mais il n’en eut pas la force. Surtout que le mot « ami » prononcé quelques secondes plus tôt par l’orphelin résonnait dans sa tête. Il savait que c’était faux, ils n’étaient pas amis pour un sou, mais pourtant, ça lui faisait plaisir. Qu’il était naïf.
L’autre main de Woo Yeol semblait s’être posée sur sa tête, et bientôt, les douleurs qu’il ressentaient au front et au ventre disparurent, comme par enchantement. Sa migraine se dissipait également, sans demander son reste. Que se passait-il ? Etait-il réellement médecin ? mais les médecins ne pouvaient pas soigner instantanément les gens en les touchant, n’est-ce pas ? Les médecins qu’il avait eu l’occasion de rencontrer à l’orphelinat lui faisaient des piqûres, l’auscultaient avec des appareils spécialisés, faisaient des test tous aussi longs les uns que les autres … Comment faisait-il ? « Que … Comment … » Mais Woo Yeol lui demanda de faire comme d’habitude, un grand sourire pour montrer que tout allait bien. Bien qu’en ce moment-là il n’en n’ait pas très envie, Hae Jin fit l’effort et esquissa un léger sourire en hochant la tête positivement quand des passants demandaient avec inquiétude si tout allait bien. Puis son sunbae parla de sa clinique non loin, Hae Jin tenta de dissimuler sa surprise et sa curiosité et se laissa guider, tandis que l’autre lui servait de béquille.

Quelques mètres plus loin, dans un endroit tranquille à l’abri de tout regard, Woo Yeol déposa son cadet sur un banc avant de se laisser tomber à côté. Hae Jin voulait exprimer son immense reconnaissance, mais il était aussi animé d’un tas de questions concernant ce que venait de faire le jeune homme pour le soigner. Il ne savait pas du tout par où commencer. Le temps qu’il y réfléchisse, c’était l’autre qui avait repris la parole. Il l’engueulait encore, pour changer. Mais ses paroles le blessèrent tout particulièrement, parce qu’il avait parlé de sa mère. Il baissa la tête, confus. « Désolé, je …. Je ne me souviens pas d’elle. » Hae Jin pensait pourtant que son interlocuteur savait qu’il avait souffert d’amnésie et que tous ses souvenirs d’enfance avaient été effacés comme on gomme un trait qui dépasse sur un dessin. Et s’il savait, il se permettait de faire des remarques sarcastiques … Vraiment, pourquoi agissait-il comme ça ? Au moins, il avait prouvé qu’il avait des bons côtés, il aurait tout aussi bien pu l’ignorer et continuer sa route, laissant son sort aux habitants paniqués qui n’auraient pas su quoi faire avec ce corps inerte. Mais il lui était venu en aide, sans réfléchir à une quelconque conséquence. Et lui en était reconnaissant. « Woo Yeol, je … merci. » Tout simplement. Mais par la suite, Woo yeol sembla plus conciliant dans ses paroles, employant un ton plus calme, plaisantant sur le fait que Hae Jin ait voulu jouer les touristes. Ce dernier esquissa un sourire plus franc et sincère que tout à l’heure, quand il faisait semblant d’aller bien. Mais la clinique de l’orphelinat … Il n’avait jamais rien eu à reprocher aux médecins qui s’étaient occupés de lui, avait-il eu une mauvaise expérience ? « Dis, tu as eu un mauvais souvenir des médecins de l’orphelinat ? » risqua-t-il. Il avait dit que l’hôpital dans lequel il aurait été conduit s’il n’était pas intervenu serait moins doué que lui. Le flot de questions qu’il avait à lui poser remonta dans sa tête soudainement, et il allait ouvrir la bouche quand son aîné lui demanda où il avait mal, qu’il allait arranger ça. Il montra alors, surpris, ses avant-bras encore écorchés de sa chute. Woo Yeol tendait la main vers lui, et il ne comprenait pas vraiment le but de sa manœuvre. Comment allait-il pouvoir guérir ses plaies ? Il n’avait pas de trousse de premiers soins sur lui. C’était étrange … Et pourtant, après que le jeune homme ait posé sa main sur les blessures, elles se refermèrent seules. Hae Jin écarquilla les yeux et se retint de pousser un cri de stupeur. A la place, il se décida enfin à lui demander ce qui lui brûlait les lèvres depuis un moment : « M… Mais …. Comment tu fais ça ?! Tu es magicien ?? » Oui, Hae Jin était naïf, très naïf …. Et il semblait sur le point de perdre cette naïveté dans très peu de temps ….

Hj - Ah mais j'ai trop adoré ! J'ai vu ta réponse hier quand j'allais me coucher et j'étais trop frustrée car je voulais répondre ><
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



MessageSujet: Re: The things could have been different.   Ven 18 Mai - 23:07

"Comment vous qui guérissez les autres, ne vous guérissez-vous pas vous-même ?"
Et, si les choses avaient été différentes. Au lieu de se retourner et le rejoindre, il avait continué son chemin. Car, il aurait pu. Certes, cela aurait été ignoble de ne pas lui porter secours et le laisser dans un tel état non-loin du passage piéton parmi tous ces inconnus, incapable de retrouver son chemin jusqu‘à l‘orphelinat. Voyant le peu d’intérêt et ce qu’il lui faisait voir chaque jour, ce comportement n’aurait pas étonné la plus part des personnes connaissant la relation des deux jeune homme. Peut-être davantage celle de maintenant. En plus de l’avoir sorti de là, il se proposait encore de réparer les choses. Au fond, se sentait-il coupable ? Non. Il ne devrait, c’était lui qui l’avait suivi et c’était l’enchainement de ces choix totalement inconscients qui l’avaient amené là. Pas le contraire. Intérieurement, il se persuadait. Parce que, si il avait été plus agréable et avait accepté sa présence lors de cette sortie, ce serait surement passé autrement. Mais bon, avec des si nous referions le monde et il n’avait pas de temps à perdre. Assumer ces choix était toujours la meilleure des solutions pour aller de l’avant. Puis, la culpabilité prit place. Il ne devrait pas. Tourner sept fois sa langue dans sa bouche, il avait bien mal à réfléchir avant de parler. « Bon … Bah moi, je te le dis. Maintenant, tu regarderas avant de traverser. Sinon, la prochaine fois, tu te démerdes. » Ce n’était pas vraiment son rôle de jouer un des parents de substitution. Une bête comme lui, être père, imaginez-vous. Face à son remerciement, il resta de marbre. Pourquoi ? Il masqua tant bien que mal son agacement. Il avait toujours eu des difficultés face à une quelconque reconnaissance. D’un coté, lui, il ne s’excusait jamais lorsqu’un tord était commis, il prenait sans remercier et il n’y mettait pas les formes pour avoir quelques chose. Les cinq mots magiques, il ne connaissait pas. Les remarques avaient beau fusé, il n’en changea pas pour autant. Irrécupérable, ça aussi, ils lui répétaient souvent. Sur un plan humain, il avait un sacré problème.

L’orphelinat. Sa clinique. Si tu savais… Pensa-t-il, instantanément. Il se rappelait des remarques des surveillants à propos du comportement de Woo Yeol envers Hae Jin. Soit plus conciliant, soit moins désagréable, il est amnésique ; c’est dur pour lui. Et, pour nous autres, n’était-ce pas aussi dure ? Pour ceux qui étaient dans la confidence, la dureté des choses n’était-elle pas au même niveau ? Voir au-delà ? Peut-être heureux sans cette affreuse vérité, il le préservait mais, pendant combien de temps encore ? Il était une parfaite bombe à retardement dans cette mascarade. Un jour, il explosera ; à l’instant où il se souviendra. Et, ce jour-là, Woo Yeol sera au premier rang car, ce sera merveilleux. Nous ne pouvons rester de marbre lorsque nous connaissons une telle vérité. Les jeux des scientifiques qui s’amusaient à pile ou face avec chaque pensionnaire. Pile, tu deviens fabuleux, face, tu deviens handicapant. Puis, à certains instants, la pièce ne donnait aucuns résultat concret et là, tu meurs. Cette mort, il l’avait côtoyé. Son regard se releva vers celui de Hae Jin. Une pointe d’amertume, une demi-seconde à baisser sa garde pour manifester une part de lui moins solide, il se ressaisit en fronçant durement les sourcils. « Tu sauras un jour. Tout n’est pas rose dans ce monde, encore moins dans celui où nous nous trouvons. » Deviendrait-il le détonateur ? Il se racla la gorge puis, continua ; «  J’ai jamais aimé les locaux et les infirmières ne sont pas à mon goûts. » Quoi c’était bidon ? Bah, c’était à prendre ou à laisser. Au moins, il lui répondait. Certes, pas en toute franchise mais, Woo Yeol avait toujours été un bon menteur dans sa vie. Pourtant, il pourrait être parfait pour…

Suite à sa demande où il avait encore mal, le jeune homme lui indiqua ses bras. Les plaies et hématomes présents, Woo Yeol devint plus sérieux. Contrairement à auparavant où il avait agi sur le coup de l’adrénaline, il se montra moins brusque. Sa main en contact de sa peau, il attrapa ensuite fermement ses avant-bras et laissa couler ce flux. Une vague incolore, imperceptible, indolore et pourtant, si efficace, tout disparut. Sa peau était redevenue intact, comme si rien ne s’était passé. Si il allait dire à quelqu’un avoir fait un face à face de choc avec une voiture, cette personne risquerait peu de le croire sur paroles. L’expression habituelle était affichée sur son visage. L’étonnement face à cette capacité. Une fois, il lui était déjà arrivé qu’on le traite de monstres ; en dehors de l’orphelinat, une adolescente qui le rendit davantage réticent à utiliser ce don. Puis là, c’était en quelque sorte le même cas de figure. Être face à une personne ne connaissant absolument pas ce don, il n’écarquilla uniquement les yeux. Un magicien était toujours mieux qu’être un monstre. Un sourire en coin se marqua alors. « Magicien … C’est cool, n’est-ce pas ? La différence entre un magicien et moi, c’est que je n’ai pas voulu de ça. Je ne cherche pas à me perfectionner ; je m’en balance. Non, je ne suis pas un magicien. Ma condition est moins noble. Je ne suis qu’un ancien rat de laboratoire qui, une fois les expériences terminées, on a remis dans son lit. Démerde toi. Si j’avais eu le choix, j’aurai préféré ne pas me réveiller ou encore, être amnésique… » Sous l’agacement grandissant à chacun de ses mots prononcés, il en avait trop dit. Son regard redevinrent froid. Il aurait aimé être le fils d’un de ces cols blancs qui gagnaient des millions comme celui qui traversait la rue non-loin d’eux. Sa femme, une mère terrée dans leurs appartements à s’occuper de leurs enfants. Il aimerait être humain, ne plus être un monstre. C’était beau de guérir mais, plus il passait de temps dans cette édifice démoniaque et plus il avait l’impression de n’être bon qu’à ça. Un jour, aura-t-il droit à une famille lui-aussi ? Puis, la vérité sur son ami disparu avait été la goûte de trop. En y repensant, son regard à la pointe nostalgique observa à nouveau Hae Jin ; son ami aurait pu tomber sur cette seringue et au lieu de la mort, il aurait perdu uniquement ses souvenirs… Drôle de pensées à cet instant, il tourna automatiquement la tête. Puis, repensant à son accident, c’était étrange qu’il ne lui indiqua pas aussi ses jambes après un tel choc. Peut-être ne s’en rendra-t-il qu’une fois debout des douleurs occasionnées ? Ou,en fin de compte, cette partie de son corps se portait bien. A voir.
HJ – J'ai pataugé, désolé ; c'est pas fameux-fameux..
Revenir en haut Aller en bas
avatar

「 AVATAR 」 : Jang -tapette- Hyun Seung
「 DC 」 : Nam Min Soo
「 DON/MALADIE 」 : Amnésie

MessageSujet: Re: The things could have been different.   Sam 19 Mai - 10:38



Tout de même, il était soulagé d’avoir été secouru si vite, qui plus est par quelqu’un qu’il connaissait et avec qui il vivait, en quelque sorte. Les enfants de l’orphelinat formaient une sorte de grande famille, non ? Ils n’avaient pour seuls parents que leur entourage de la pension, depuis que les leurs n’étaient plus. Quoique, peut-être que certains orphelins avaient encore leurs parents quelque part, mais que ces derniers n’avaient pas assumé la présence de leur enfant ? C’était tout à fait possible, on voyait souvent cela dans les films ou même les reportages sur la vie quotidienne. C’était triste de se dire que des gens faisaient des enfants pour ensuite les abandonner à leur propre sort. Ces enfants-là avaient sûrement souhaité de ne jamais être nés, n’est-ce pas ?
Mais pour l’heure, ils étaient assis sur un banc, Woo Yeol et lui, silencieux au départ. Hae Jin reprenait son souffle et se remettait de ses émotions après s’être fait renverser par une voiture à cause de son inattention habituelle, Woo Yeol regardait les passants errer çà et là, ne se souciant pas d’eux car ils n’avaient pas été témoins de l’accident. Il avait fait exprès de les emmener dans un endroit plus tranquille du quartier. Le sunbae avait grondé Hae Jin pour son inconscience face au danger, et le plus jeune avait mal réagi quand il avait entendu parler de sa mère dont il n’avait aucun souvenir. L’aîné s’était donc en quelque sorte rattrapé en lui disant que lui, il lui disait d’être plus prudent la prochaine fois, et que sinon il se débrouillerait tout seul à l’avenir. Il n’avait pas tort, Hae Jin avait agi sur un coup de tête, il avait suivi une impulsion inexplicable, avait imposé sa présence à Woo Yeol et voilà où ils en étaient maintenant. Il avait donc hoché la tête positivement pour lui montrer qu’il avait compris, évitant de trop utiliser sa langue et sa salive car ça avait l’air d’agacer l’autre.

Puis il avait mentionné l’orphelinat et sa clinique, et Hae Jin s’était étonné de l’aversion que portait Woo Yeol aux infirmiers de cet endroit, lui n’ayant eu aucun souci avec eux. Son vis-à-vis était resté un moment silencieux, pensif, avant de s’exprimer. Patient, Hae Jin avait attendu que la réponse vienne en imitant son « ami » et en regardant les gens aller et venir sous ses yeux, tantôt pressés, tantôt en prenant leur temps. Il ne savait pas dans quel genre de quartier ils étaient mais le soleil commençait à bien décliner, et bien que la nuit ne tarderait pas à s’installer sur Busan, les magasins étaient encore ouverts, et des restaurants commençaient à installer leurs panneaux « ouvert » devant les vitrines. Peut-être était-ce un quartier nocturne ? Ou on pouvait faire la fête ? Ce mot lui fit repenser à l’idée qu’il avait soumise à Sun Joo quelques jours plus tôt, concernant l’idée de faire une fête à l’orphelinat et de décorer les lieux pour égayer le tout. Il était persuadé que cela pourrait plaire à certains de pouvoir danser, chanter, s’amuser, faire connaissance … Une fête était toujours un bon moyen de faire tomber les barrières des gens. On se relâchait un peu plus, on se détendait … Mais sans doute que des personnes comme Woo yeol refuseraient l’événement et resteraient enfermés dans leur chambre. Dommage.
Les paroles de Woo yeol le ramenèrent alors à la réalité et le surprirent. « Surtout dans le monde dans lequel nous nous trouvons ». Cela avait-il un lien avec la tête d’enterrement de tous les orphelins ? Il fallait qu’il pose la question. « Ce que tu viens de dire, tu es le seul à savoir que notre monde est triste ? Parce que je me demandais si c’était à cause de ça que tout le monde fait la tête à la pension. »Peut-être que Woo Yeol lui répondrait la même chose que Sun Joo après tout, ou peut-être pas. Qui sait. En tout cas, l’aîné avait préféré dire que son aversion pour la clinique de la pension venait du fait qu’il n’aimait pas les locaux et n’avait jamais trouvé les infirmières à son goût. C’était vrai que ce n’était pas les infirmières canon comme on en voit dans les films portés sur la chose, ou les série à la Dr House ! Mais bon … De là à créer une telle aversion ? Hum …

Et puis Woo yeol avait fini par lui demander où il avait mal. Hae Jin lui avait instinctivement montré ses bras, couverts de plaies et d’hématomes. Il était resté bouche bée en voyant que les blessures étaient en train de se soigner toutes seules alors que son sunbae s’était contenté d’apposer sa main dessus. Par quel enchantement faisait-il cela ? Il aurait bien aimé apprendre aussi, mais peut-être que cela ne s’apprenait pas. Il lui avait donc demandé s’il était magicien, ce à quoi il avait répondu que c’était cool mais qu’il n’avait jamais voulu de toute ça. Qu’il ne cherchait pas à se perfectionner. Il avait également parlé de rat de laboratoire que l’on aurait remis dans son lit après une expérience. Hae Jin n’y comprenait rien. Puis il avait conclu en lui disant de se démerder et qu’il aurait préféré ne jamais se réveiller, ou alors être amnésique. Le jeune coréen tiqua. Il croyait vraiment que perdre tous ses souvenirs était libérateur ? Il croyait que c’était marrant de reconstruire sa vie morceau par morceau, comme un puzzle qui aurait un nombre infini de pièces ? Il croyait que vivre tous les jours à regarder tout autour de lui sans que rien ni personne ne lui évoque quelque chose était sympathique à vivre ? « Je pense que si tu étais vraiment amnésique, tu ne tiendrais pas ces propos. Ca n’a rien de libérateur de regarder autour de soi et de ne rien reconnaître, de passer pour un con quand tu poses des questions sur des choses qu’à 18 ans tu devrais savoir, de s’émerveiller de toute et rien alors que tu as peut-être connu ça avant, et …. De perdre tous tes souvenirs les plus chers. Ca n’a vraiment rien de libérateur. » Pour une fois que Hae Jin ne parlait pas sur un ton enfantin et empreint de légèreté … Même si de l’extérieur il paraissait si innocent, il réfléchissait quand même très souvent à sa condition, et il n’en était pas ravi. « Si c’était possible, j’échangerais bien mon amnésie avec ton talent pour soigner les gens. Je suis sûr que tu serais ravi comme ça. » Hae Jin froid ? Il fallait dire que Woo Yeol avait touché un point sensible, lui faisant oublier toutes les questions qu’il brûlait de lui poser depuis tout à l’heure. A la place, frustré, il voulut se lever pour aller se dégourdir un peu, tant pis si Woo yeol l’abandonnait ici à son sort, il finirait bien par trouver un moyen de rentrer à l’orphelinat. Il était vexé, là. Mais à peine avait-il fait un pas en avant qu’il perdit l’équilibre et s’étala par terre. Une douleur fulgurante provenant de ses jambes lui fit comprendre qu’il avait encore des séquelles de l’accident de tout à l’heure. « Aish … » Il n’allait pas aller bien loin s’il ne pouvait pas marcher par contre. Comment avait-il fait pour ne pas s’en rendre compte ? Ah, oui, à l’aller c’était Woo Yeol qui le soutenait pour marcher, donc il ne s’était pas rendu compte de la douleur, ayant été aidé pour marcher. Gêné, il se redressa et resta assis en tailleur par terre, n’ayant pas envie de tenter l’expérience de se remettre sur le banc et de se casser la gueule juste avant.

HJ – Non j’ai beaucoup aimé ! Moi j’espère que ça te va =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



MessageSujet: Re: The things could have been different.   Sam 19 Mai - 21:17

"La nature fait les hommes semblables, la vie les rend différents."
Les très jeunes ne savaient encore, les plus grands étaient en plein dedans et lui, jeune amnésique aux allures de grand avait uniquement la vision des plus jeunes. C’était beau la jeunesse. Ces heures d’insouciances, de répits puis, rentrer dans la cours des grand était déjà redouté mais, il le devint davantage pour eux, avec ce qui coulait dans les veines de certains. La vérité faisait perdre son sourire. Pour les plus optimiste, il restait accrocher à leurs lèvres. Pour les autres, ils cherchaient en vain une échappatoire pour évacuer cette étrange frustration. Woo Yeol avait choisi de la marginalité et de faire part de son mauvais caractère à tous ceux l’approchant. Car, dans le fond, il n’était pas si vilain. C’est la vie qui veut cela. Nous nous pensons à l’abris jusqu’à ce que, sans un cri, cela nous tombe sur le coin du nez. En réalité, nous ne sommes jamais à l’abris. Et, dans ce monde, tous semblait propice à arriver. Regardez-le. Il y a treize ans, si vous lui avez dit tous ceci, il ne vous aurait cru. Ou alors, comme tout enfants, il aurait été heureux d’être doté de super pouvoir. La guérison. Cool, je guérirai tous ceux qui en auront besoin ! Contrairement à maintenant, il aurait été plus pavé de bonnes intentions. Dorénavant, il n’avait pas cœur à s’en réjouir. Parce qu’il sait comment il l’a obtenu. Nous ne trouvons aucune satisfaction d’un don, eut à cause de procédés douteux. Oui, c’était magique. Oui, c’était fabuleux pour eux, plus autant pour lui. Sous ses airs naïfs, il semblait tout de même avoir décelé chez le comportement de chaque orphelin, une gêne inconnue. Lui, avoir la science infuse, il possédait une certaine estime de lui-même mais, aller jusqu’à comprendre tous les aléas de la vie. D’accord, il avait avancé avec détermination un monde moins prospère. Cependant, à cet instant, il avait parlé un peu trop vite et aurait du taire certains de ces propos. Ce ne sera surement pas la première fois, il n’était pas du genre à peser ses mots. Réfléchir à ce qui est bon de dire ou non, c’était une perte de temps et comme il était de genre de personne à toujours en manquer ; il frappait directement dans le vif du sujet. Seulement, face à lui, ce n’était pas n’importe qui. Non pas qu’il mettait Hae Jin sur un piédestal, il réfléchissait encore à comment garder le voile sur l’énigme de l’orphelinat. Ce devait être pour cela aussi qu’il le fuyait, il serait tellement parfait dans le rôle de destructeur de son petit monde un tant soit peu parfait. « Nous avons tous des problèmes. En plus d’être abandonné, sans famille, nous avons d’autres problèmes. Tu t’en rendras compte un jour ou l'autre. » Simple et efficace. Il pria pour ne pas qu’il renchérisse parce que là, il sera obligé de l’envoyer boulet.

Son explication à propos de son don semblait avoir fait mouche. En effet, c’était magnifique. Il ne se montra plus aussi tendre et conciliant. Face à Woo Yeol, Hae Jin réveillait une part de lui bien plus intéressante. Non qu’il soit sadomasochisme à vouloir s’engueuler avec un tel ou une telle. Certes, il ne l’avait pas spécialement voulu qu'il s'emporte. En vérité, il n’avait qu’exprimé sa préférence dans toute cette histoire. Cette réponse jonchait de détails pour ce voile qui se levait peu à peu. Tous ce qu’il citait, il l’avait ressenti un temps. Lors de son enfance, il était ainsi. La nostalgie le reprit. Pourquoi parlait-il avec lui ? Son regard se dirigea autre part. En fin de compte, à ce moment, il aurait aimé qu’il se taise. Rien de libérateur. Pourquoi y voyait-il l’inverse ? Alors qu’il sentait l’agacement monter, il le laissa tout de même continuer. C’était se faire du mal et pourtant, il le laissait déverser tous son point de vue. Puis, il se leva. Et, comme il l’avait imaginé, ses jambes devaient être en piteuses états. Car, quelques pas plus loin, il s’effondra. Seulement, Woo Yeol s’en rendit à peine compte. Comme submergé par ces mots prononcés en tête telles des échos, il était calme, étrangement calme. Les lampadaires s’allumèrent face à la pénombre grandissante. Puis, lentement, ses yeux se reposèrent sur Hae Jin. Ce fut là comme le calme avant la tempête ; « Ils ont joué à pile ou face, j’ai gagné. Ils ont joué à pile ou face, tu as perdu. Avant nous, ils ont joué à pile ou face et il a perdu. Seulement, si je mettais retrouver avant, si j’avais eu la chance de tomber sur la bonne seringue … J’aurai peut-être pu le sauver ou alors, c'est moi, qui aurait disparu. Tout est une question de temps. » Son regard s’abaissa, il perdit pieds et un sentiment de tristesse le surprit. « J’aurai aimé perdre comme toi, tu sais pourquoi ? Pas parce que je suis un sale type qui se fout de tout le monde mais, parce qu’ainsi je n’aurai pas appris sa mort et les raisons. J’aurai oublié ces moments qui me hantent, j’aurai oublié son amitié … Je l’aurai oublié. Et, je n’aurai pas à utiliser un don qui a valu des vies perdues ou bousillées pour être découvert. » Pourquoi était-il ainsi devant lui ? Son regard s’était éteint. Aucune lueur froide, amusé, malsaine. Non, tel un enfant, il paraissait perdu dans ses songes. Même ceux atteints d'un virus à l'orphelinat, il ne pouvait rien faire... Il devint mal à l’aise de s’être découvert autant, ses mains vinrent le retranscrire en dépiautant la peinture écaillée du banc. Un temps pour rependre le dessus, il ne pouvait pas se montrer si vulnérable. D’un coté, il pourrait partir, s’enfuir loin de ce parc et oublier. Cependant, il restait là. Il regrettait. Comment rattraper cela ? Puis, d’un coup il cessa de trifouiller à ce banc et sous une pulsion, il alla attraper fermement les bras de Hae Jin. Et, de grès ou de force, il l’incita à s’assoir sur ce foutu banc. Depuis tout à l’heure, dans les mains du jeune guérisseur, le jeune amnésique semblait tel un pantin.

Ses mots avaient été durs. Au fond, il ne regrettait pas cette amitié. Dans le passé, il lui avait tant apporté et une fois enlevé, il s’était retrouvé seul, désarmé et paumé bien plus qu’avant sa rencontre. Les bons souvenirs étaient là mais, la personne avec qui il devrait les partager, n’était plus. Et, c’était cela le plus pénible à vivre. A qui allait-il raconter ses nouveaux exploits ? Qu’il était parvenu à épicer le Kimchi de la cantine avec des piments extra-forts ? Qu’il avait libéré de charmantes bêtes à huit pattes dans le dortoir des filles ? Sur qui pouvait-il se reposer dans ce monde de fous ? Si il avait été amnésique, il serait souriant. Il apprécierait davantage ce qu’il voit. Certes, la frustration sera au rendez-vous face à son ignorance. Seulement, c’était mieux ainsi. Sans demander sa permission, il s’accroupit face à Hae Jin, il releva un peu le pantalon de sa jambe droite pour avoir un contact avec sa peau et exerça ce pourquoi il était mieux ici bas. Guérir, tous simplement et uniquement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

「 AVATAR 」 : Jang -tapette- Hyun Seung
「 DC 」 : Nam Min Soo
「 DON/MALADIE 」 : Amnésie

MessageSujet: Re: The things could have been different.   Dim 20 Mai - 11:06

one day, i hope we will be more closer than today.


« Nous avons tous des problèmes ». Voilà ce que venait de dire Woo Yeol à l’instant. Hae Jin partageait cet avis. L’aîné semblait souligner le fait qu’eux, plus encore. Déjà, ils avaient été abandonnés, ou avaient perdu leur famille dans des circonstances peu glorieuses. Mais il avait dit « en plus ». Selon lui, perdre sa famille n’était pas suffisant ? Ils souffraient encore d’autres soucis graves ? Il était bien curieux de savoir, cependant son aîné n’avait pas l’air décidé à lui dire quoi que ce soit. Hae Jin était naïf mais pas stupide, et il avait remarqué que depuis que cette conversation douteuse était engagée, il détournait habilement le sujet et les réponses qu’il devait donner par des phrases toutes faites ou des énigmes, histoire de ne rien avoir à révéler. Inutile donc d’essayer d’en savoir davantage auprès de lui pour le moment, il ne semblait vraiment pas décidé.
Mais il était vrai que leur condition n’était pas des plus agréables. Hae Jin avait envie de regretter l’époque où il devait être heureux avec sa famille. Il avait entendu dire de scientifiques connaissant son profil que son grand frère n’était pas très loquace quand Hae Jin était dans les parages, s’occupant uniquement de ses études. Ce qui faisait douter le plus jeune sur le fait de le rencontrer. Il était le seul membre de sa famille encore vivant dont il avait la connaissance. Peut-être avait-il des oncles et des tantes, des grand-parents, mais il n’avait aucun souvenir d’eux si c’était le cas, et aucun d’entre eux n’avait été mentionné dans son dossier médical. Et quand bien même il y avait quelqu’un il ne devait pas trop se préoccuper du devenir du jeune garçon pour qu’il ait fini en orphelinat à quinze ans. La famille était tout de même quelque chose de précieux mais de fragile, et les orphelins de cette pension semblaient en être très conscients. Lui-même le savait, malgré son amnésie, à force de voir ces gens aux mines tristes et éteintes, sûrement à cause de la perte de leurs proches. Pourtant, il fallait aller de l’avant, non ? Mais ça ne devait pas être si facile, quand on était attaché. Le coréen ne pouvait pas comprendre, il n’avait aucune attache digne de ce nom.

Il n’avait donc nullement réagi face au commentaire de Woo Yeol sur leurs problèmes, se contentant de hocher la tête positivement histoire de lui faire comprendre qu’il avait compris le message. De toute façon, il commençait légèrement à avoir vraiment peur de son sunbae, alors il n’avait aucune envie de le frustrer ou de l’énerver et qu’il le laisse en plan tout seul ici. Il ne connaissait de ce quartier que le nom, pour l’avoir vu écrit quelque part et entendu prononcer par des badauds, mais c’était tout. Que vouliez-vous qu’il fasse, ici, tout seul ? Autant donc jouer dans les faveurs de Woo Yeol et de se montrer à l’écoute mais silencieux, comme une tombe. Il y gagnerait mieux comme ça, et glanerait des informations qui lui permettraient peut-être d’aller questionner quelqu’un sur le secret de cette pension qu’il ne connaissait pas. Ou plus. Peut-être l’avait-il su plus tôt, avant d’être amnésique ? Peut-être que s’il n’avait pas perdu tous ces souvenirs, il afficherait à l’heure qu’il est la même mine que tous les orphelins ? Peut-être serait-il aussi froid et glacial que son interlocuteur, car, il serait en connaissance de choses affreuses. Mais actuellement, que pouvait-il savoir de tout ça ? Bien qu’aujourd’hui son sourire soit éteint à cause de diverses choses, notamment l’accident de tout à l’heure, mais aussi la conversation grave et calme des deux protagonistes. C’était bien la première fois qu’ils discutaient comme ça, tous les deux. D’ordinaire, Woo Yeol l’ignorait platement ou l’envoyait bouler sur un ton sarcastique et froid. Il avait donc fallu que Hae Jin se fasse percuter de plein fouet par une voiture au conducteur distrait pour que ces deux-là daignent s’adresser la parole ? Ils étaient si compliqués, enfin surtout Woo Yeol, parce que pour Hae Jin, ce n’était pas faute d’essayer de toujours lui courir après pour faire sa connaissance. Que voulez-vous, il était fasciné par ce personnage dans le style « prince glacial ».

La suite du discours de Woo Yeol resta un sacré mystère pour Hae Jin. Pile ou face. Il avait gagné, le jeune homme avait perdu, selon lui. Etait-ce en lien avec le fait que l’amnésie du jeune homme soit sa défaite, et le don de guérison de son vis-à-vis une réussite car il était « magique » ? Qui sait. Il n’osait plus rien demander, se contentant d’écouter. Toujours par terre après une lamentable chute, due à sa tentative de fuite après s’être énervé contre son aîné, il écoutait, patiemment. En effet, juste avant le discours mystérieux de Woo Yeol, ce dernier avait considéré que l’amnésie aurait été une meilleure finalité pour lui. Chose qui avait blessé Hae Jin, qui ne supportait pas de se souvenir de rien. Hae Jin avait donc répliqué sèchement et voulu partir, mais ses jambes n’avaient visiblement pas supporté son poids et il s’était rétamé par terre.
Mais pourquoi diable parlait-il de seringue ? D’expérience ? C’était à n’y rien comprendre, vraiment. Les paroles de Woo Yeol étaient une énigme aux oreilles du plus jeune. Pourtant il essayait de tout bien imprégner dans sa tête, en espérant que sa foutue maladie ne lui ferait pas tout oublier plus tard. Il ne pouvait pas garantir qu’il en était débarrassé, même si ce n’était pas de la maladie d’Alzheimer dont il était atteint. Il ne savait que peu de choses sur l’amnésie.
Mais maintenant qu’il exprimait vraiment les raisons pour lesquelles il aurait aimé être amnésique, Hae jin regretta de s’être emporté un peu plus tôt. Il avait visiblement vécu des moments tragiques, la mort d’un être cher, et les raisons de celle-ci semblaient obscures et peu amènes à ses yeux.
Puis soudainement, sans prévenir, Hae Jin sentit que son aîné empoignait fermement son bras et le redressait pour le rasseoir sur le banc. Il ouvrit la bouche pour protester mais s’abstint, finalement. Depuis tout à l’heure, il n’avait pas pipé mot, il restait silencieux à écouter Woo Yeol se confesser. Si cela pouvait le soulager il pouvait bien l’écouter toute la nuit. Et si ça pouvait aussi enlever le fait qu’il l’ignore constamment à l’avenir ce serait encore mieux. Puis, l’instant d’après, le voilà qui s’accroupissait devant ses jambes et soulevait son jean pour y apposer ses mains, comme il l’avait fait sur son cou, son front et ses bras. Il sentit une douce chaleur l’envahir au niveau de l’endroit effleuré par les mains de son aîné. Il laissa échapper un sourire. Pendant qu’il le soignait, il se décida enfin à parler : « Est-ce que je peux juste te demander qui était cette personne à qui tu fais référence depuis tout à l’heure ? » Peut-être que pour répondre à cela, il ne l’enverrait pas bouler. Il espérait. Il avait cette envie d’aider Woo Yeol, de l’écouter parler, pour peut-être qu’il se soulage un peu d’un mal qui malheureusement ne disparaîtrait pas ? Peut-être qu’un jour, il lui ferait confiance, et ne le verrait pas seulement comme un adolescent à la mentalité si enfantine que cela en devenait déconcertant ? Et puis, Hae Jin éprouvait le besoin de grandir. De prendre connaissance de ce qu’il ne savait pas, d’être comme les autres, pour les comprendre.

Hj – bon c’est pas terrible, désolée ><
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



MessageSujet: Re: The things could have been different.   Mar 22 Mai - 14:09

" Life is easy with eyes closed. "
Qui aimerait entendre ce genre d’histoire. Les histoires tristes peuvent plaire car, souvent ils ont une fin heureuse. Mais lorsque ce n’est pas le cas… Par moment, les histoires heureuses sont bien trop monotones pour être écoutées jusqu’à la fin. Seulement, notre histoire, nous l’espérons la plus part du temps prospères et dans le cas contraire, c’est que vous avez un sacré problème. Dans les histoires lugubres, il est plus aisé de trouver du blanc. Une lueur à laquelle se rattacher, une tâche blanche qui vous fait revivre et vous dire ; le monde n’est pas aussi lugubre. Chaque jour que Dieu faisait, comme une nécessité pour lui, Woo Yeol trouvait le réconfort chez les personnes l’entourant, qu’importe qu’elles soient néfastes ou non ; sans se l’avouer, il s’accrochait à ses âmes vagabondes. Car, nous avons beau proclamer haut et fort à qui veut l’entendre, se complaire dans la solitude. Avoir une personne sur qui se reposer n’était pas une chose à négliger dans sa vie. Au moins, ce qui était bien avec lui, c’était que vous êtes fixés dès la première rencontre ; il n’est pas si amical avec tous. Ce n’était qu’en lui prêtant un peu plus d’attention que vous parviendriez à le comprendre, en partie. Et, plus ils leur retirèrent ces individus propices à son développement, plus il s’engouffrait lentement mais surement dans une noirceur. Au fond, dans la vie, nous sommes continuellement au bord du gouffre et dorénavant, peu de chose pouvait le faire encore chuter. Y voir un ras-le-bol était peu perceptible car, il était bien trop fière pour le manifester. Vous pouviez vous en douter mais, jamais en être sur à cent pour cent. Il ne s’exprimait pas concrètement avec les mots, pas directement ; les images et toutes sortes de procédés s’offrirent à lui. Même à cet instant alors qu’il parlait bien plus qu’habituellement, il restait flou. Surtout à la mauvaise personne, selon lui. En effet, qui aurait parié un jour le voir se confesser -d’une certaine façon- à Hae Jin ? Personne. Et, pourtant, ce fut le cas. Sa main posée sur sa cheville droite, il libérait les biens faits de son don. Guérir. Intérieurement, il était encore écorché vif de nombreuses marques du passé. Il entretenait là le corps mais malheureusement pour lui, l’âme restait inchangée.

Le silence s’interposa entre les deux jeunes hommes. Tous deux savaient le point de vue de l’un et de l’autre sur leurs conditions. Enfin, en quelque sorte. Woo Yeol en termina avec sa jambe droite et passa donc à la seconde. Dire qu’ils avaient haussé le ton tout deux pour finalement, opter tout deux au silence. Il en avait besoin. En partie pour se remettre de son manque de sang froid, il sentait étrangement honteux. Comme si il avait dit une énormité face à une assemblée toute entière, il faisait mine de rien en le guérissant mais, la gêne était toujours là. Puis, cette interlude au calme olympien se brisa par la curiosité du jeune amnésique. Qui était cette personne ? Ses yeux ne se levèrent pas vers son interlocuteur. Pour le moment, il feinta n’avoir sa jambes qu’au centre de ses préoccupations. Une manière de fuir, une manière de dissimuler encore cette peine, il soupira quelque peu avant de daigner lui répondre. « Mon meilleur ami. Il était comme un frère pour moi à l’orphelinat… » Sa main posée sur sa jambe encore, Hae Jin ne devait plus ressentir de douleurs depuis quelques minutes déjà mais, il resta tout de même ainsi. Encore un peu de temps, espérait-il. Puis, sans prévenir, il se releva brusquement face à Hae Jin. Un pas en arrière comme pour lui libérer le passage, il enfouit ses mains dans le fin fond de ses poches. Il savait que cette discussion l’embrelait peu à peu mais, il n’avait conscience d’avoir ses yeux rougis. Pour un homme qui en faisait voir de toutes les couleurs à la première personne passant trop près de lui, il n’était pas au plus haut de sa forme à cet instant précis. Fronçant brièvement les sourcils, il indiqua le chemin. « Maintenant, il y a moins de risque que tu te casses la gueule, si tu veux partir … Libre à toi. » Allait-il partir comme auparavant ? Qu’en penserait Woo Yeol ? Au point où il en était, il aurait été capable de supporter l’une des -nombreuses- personnes qu’il ne peut pas voir en peinture. Alors, allons bon. Il semblait démuni de barrière, totalement nu face à cet homme, qu’il appelait régulièrement et affectueusement l’idiot. Ce soir, il lui démontra au moins de ne pas être aussi laxiste face à tous les sujets.

« Tu parles à quelqu’un de ce qui vient de se passer ce soir et je me ferai une joie d’être le prochain conducteur qui te percutera… Enfin, voyant le peu de fois où tu sors, j’aurai surement recours à autre chose… » C’était bien connu. Il se protégeait d’une certaine manière, aussi brute soit-elle…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

「 AVATAR 」 : Jang -tapette- Hyun Seung
「 DC 」 : Nam Min Soo
「 DON/MALADIE 」 : Amnésie

MessageSujet: Re: The things could have been different.   Jeu 31 Mai - 13:49

Qui aurait cru qu’un jour donné, Jang Woo Yeol et Han Hae Jin « converseraient ». Vous auriez interrogé quelqu’un au hasard dans l’orphelinat qu’il vous aurait dit que Woo Yeol ne montrait pas une once de sociabilité, et qu’il repoussait le plus jeune à chaque fois que ce dernier venait le coller d’un peu trop près. Pourtant, interrogez cette même personne si elle avait assisté à la scène qui venait de se produire ce soir-là, elle serait sans doute aussi sciée que vous. Franchement, même Hae Jin avait du mal à y croire lui-même. Alors que son interlocuteur était toujours d’une froideur sans égal avec les gens qui l’entouraient, et notamment avec lui, il avait discuté avec lui. Bien qu’au départ et même par la suite cette discussion s’apparente plutôt à un règlement de comptes verbal, c’était mieux que rien. En effet, jusqu’à maintenant, ils avaient haussé le ton, ou parlé assez sèchement. Enfin surtout Woo Yeol, Hae Jin ne s’étant au final emballé que lorsque son interlocuteur l’avait offensé concernant sa maladie. Puis finalement, après l’orage le beau temps, en quelque sorte puisque le ciel au-dessus de Busan était toujours noir. Ils étaient désormais tous deux silencieux, ne sachant pas que dire pour meubler un peu la conversation. Peut-être qu’il n’y avait plus rien à dire, au final ? Il ne savait pas à quel point il pouvait se permettre d’être curieux, mais Hae Jin avait compris une chose au travers de leur discussion actuelle : mieux valait qu’il évite les questions sur le mystère qui entourait la pension. Woo Yeol avait bien montré qu’il n’était pas la personne qui répondrait à ses attentes. Tout comme Sun Joo. Il avait été un peu déçue, parce que parti comme c’était parti, l’aîné aurait pu dévoiler quelques secrets au plus jeune, mais il avait fini par se retenir, faisant alors référence à une personne disparue. Hae Jin avait fini d’ailleurs par rompre le silence pour demander qui était cette personne dont il parlait, tandis que Woo Yeol était toujours affairé avec ses jambes. Son meilleur ami, comme son frère ? Alors il avait bien eu quelqu’un avec qui il était souriant, détaché, posé ? Cela étira un léger sourire sur les lèvres du coréen, qu’il effaça bien vite, vu que le sujet abordé n’avait vraiment rien de drôle en soi. Cependant, Hae Jin ne répondit rien, se contentant d’acquiescer silencieusement.
Malgré tout quelque chose l’intriguait un peu : pourquoi, alors que son interlocuteur semblait toujours s’affairer sur ses deux jambes comme s’il y avait quelque chose à réparer en plus, il ne ressentait plus aucune douleur ? Avant même qu’il ait pu commencer à nourrir des hypothèses dans sa tête, voilà que l’autre se relevait brusquement et sèchement, sans prévenir, avant de reculer d’un pas, comme pour lui laisser le champ libre. D’ailleurs c’est ce qu’il voulait dire à travers ce geste, puisque la phrase qui suivit, aussi cassante que la façon habituelle de s’exprimer du jeune homme, correspondait à l’idée. Oui, c’était certain que grâce à son aide, il n’allait plus se rétamer par terre comme il venait de le faire quelques minutes plus tôt. Il lui en était d’ailleurs reconnaissant. Cependant, il ne se leva pas. Pas tout de suite. Fixant tranquillement une boutique dans le dos de Woo Yeol, il esquissa un sourire avant de dire : « Puisque j’ai fait l’effort de venir jusqu’ici, je vais visiter un peu Seomyeon. Tant pis s’il fait nuit, je reviendrai une autre fois voir le reste. Et je trouverai bien un passant qui voudra m’indiquer mon chemin. » Son sourire resta fixé sur son visage, et il ajouta : « Donc, ne te sens pas obligé de rester avec moi. » Même s’il savait que Woo Yeol n’avait pas besoin qu’Hae Jin lui dise cela pour partir sans demander son reste, il l’avait dit quand même.

Au final il finit donc par se lever, doucement, on ne sait jamais que le cerveau n’ait pas suivi la réparation éclair de ses jambes grâce à son interlocuteur. Heureusement pour lui tout se passa bien, il n’éprouva ni vertige ni autre étrange sensation produite par son corps suite à son geste. Il allait donc s’éloigner de ce banc où s’était tenue leur étrange discussion, laissant finalement Woo Yeol vacquer à ses occupations comme il l’avait prévu à la base. A quoi bon lui avoir couru après pour ne pas se perdre si c’était pour que leurs chemins se séparent maintenant ? Il n’en avait pas la moindre idée, mais il savait qu’il ne voulait pas le déranger plus longtemps. Il s’était peut-être montré clément cette fois-ci, et plus ouvert que d’ordinaire, mais cela ne saurait durer, surtout si Hae Jin s’amusait à le repousser dans ses retranchements. Il fallait donc le laisser tranquille. Cependant, avant qu’il ne s’en aille, l’aîné se sentit obligé de lui faire une recommandation qu’Hae Jin avait pourtant déjà assimilée. Ne pas parler de ce qui s’était passé ce soir à qui que ce soit, sous peine de représailles peu amènes. Oui, il s’en doutait bien, que Woo Yeol ne tenait pas à ce qu’on apprenne que lui aussi, il avait ses moments de vulnérabilité. [b] « Le message est passé ! Mais qui sait, peut-être que maintenant que j’ai vu que la ville n’est pas si hostile, je tenterai plus souvent l’expérience. » dit-il, l’air pensif. Mais bon, ce n’était pas encore certain, de Busan il n’avait vu encore qu’une voiture qui l’avait percuté et des inconnus attroupés autour de lui. Trop peu d’éléments pour se faire une véritable idée de ce qu’était la vie en dehors de cet orphelinat étrange … Mais s’il ne faisait pas ses propres expériences personnelles, il ne sortirait jamais de son trou et surtout, il ne serait jamais capable d’aller chercher son frère à Séoul … D’ailleurs, peut-être pourrait-il trouver la maison de ses parents, là tout de suite ? mais il n’en connaissait pas l’adresse. Des gens auraient peut-être connu la famille ? il ne savait pas quoi faire … Et il n’avait toujours pas bougé, attendant finalement que ce soit Woo Yeol qui parte le premier.

HJ - vraiment désolée du retard, je suis rentrée chez mes parents lundi et j'avais pas encore eu le temps de me focaliser sur mes rps ><
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: The things could have been different.   

Revenir en haut Aller en bas
 

The things could have been different.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
「 HEARTBEAT심장의 고동 」 :: HAPPY ENDING끝 :: Corbeille :: RPs-