AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 My greatest weakness ♦ Han Hae Jin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



MessageSujet: My greatest weakness ♦ Han Hae Jin   Ven 18 Mai - 19:21

My greatest weakness


Dans la vie, on fait des rencontres étranges. Parfois, elles font mal tant c’est explosif. Ce genre de rencontre est souvent arrivé à Na Yung. La jeune femme avait un tempérament tellement dur à comprendre et manipulateur que beaucoup de gens la prenait en grippe sans même la connaitre. S’était idiot, elle n’a pas toujours été comme ça. Il fut un temps, comme elle aimait le dire, ou la jeune femme était des plus attachante, des plus douce et gentille. Lorsqu’elle était plus jeune, lorsqu’elle vivait encore avec ses parents elle trouvait la vie si belle que parfois elle la pensait presque fausse. Elle n’avait pas plus de six ans et pourtant, déjà elle ne pensait pas comme les autres enfants. Il faut dire aussi, que de là où elle venait elle ne se mélangeait pas tellement aux autres, elle trouvait déjà ça sans intérêt. Mais elle était heureuse ? Elle avait tout, tout ce qu’elle désirait.
Seulement, dans la vie tout fini par basculer. En s’endormant, même encore maintenant malgré les années qui s’étaient écoulés. Il lui arrivait de revivre cette première nuit de cauchemar. Cette nuit ou sa vie changea complètement. Elle se souvient des cris de sa mère, des coups de feu, de cette arme pointée sur sa tempe alors qu’elle observait l’assassin de ses parents en plantant son regard fixe dans le sien. Il lui arrivait souvent de revivre cette nuit dans ses rêves, une raison qui faisait qu’elle n’aimait pas rêver. Il ne faut pas croire, Na Yung détestait souffrir tant elle trouve ça inutile. Mais alors pourquoi ? Pourquoi passait-elle son temps à faire souffrir les autres ? Elle en voulait au monde entier, pour faire simple. Na Yung avait un esprit vengeur. Elle pouvait faire payer la moindre petite crasse à quelqu’un en la multipliant par mille. Ce qu’elle voulait ? Faire peur aux autres pour qu’on la laisse tranquille. Et puis, tout le monde sait qu’elle a malheureusement perdue la tête. Avant, elle était toujours seule, toujours froide et pourtant si triste. Combien de larmes avait-elle versé jusqu’à se rendre compte que ça ne changera rien à sa vie ? Du jour au lendemain, elle est passée de cette fille fragile à cette manipulatrice aux sourires dangereux. S’amuser avec les autres, les voir tomber plus bas que terre, elle avait fini par aimer ça. Seulement, il y a toujours un mais dans ce genre d’histoire.

Il y a ce garçon, ce garçon qu’elle a rencontré à l’orphelinat alors qu’elle venait à peine d’enfin réussir à dompter son don comme il le faut. Han Hae Jin, un nom qu’on ne peut pas oublier n’est-ce pas ? Elle se souvient de cette première fois où il était arrivé. Elle était venue jusqu’à lui dans l’espoir de s’amuser un peu, dans l’espoir de l’effrayer comme il le faut. Sauf que ? Ca n’a jamais vraiment pu marcher. Directement, elle s’était sentit attiré par cette petite tête. Une envie d’être là pour lui s’était fait ressentir et armée de son sourire elle s’en était approchée. Il était une des rares personnes qu’elle arrivait à approcher sans arrière pensée. Ce n’était qu’un besoin ? Un besoin d’être là pour lui et avec lui. Seulement, rien n’est parfaitement rose dans la vie. Lui aussi a subit cette opération qui avait offert son don à Na Yung. Durant des jours, elle avait extrêmement peur pour lui, elle n’en dormait presque plus, elle n’en mangeait plus. Et puis un matin, elle était arrivée face à lui, tout sourire. Et cette question qu’il lui avait posé l’avait complètement anéantis sans pour autant qu’elle ne le monde. « Qui es-tu ? ». Rien que cette petite phrase avait fait s’écrouler son monde. Elle n’avait plus de raison d’être gentille avec lui. Et pourtant, elle n’y arrivait toujours pas. Elle avait changée, vraiment changée, sauf avec lui ? Elle voulait renouer, retrouver celui qu’elle avait connu avant, celui qui, contre son gré l’avait complètement oublié.

Mais comment souvent, elle ne dormait pas en cette belle nuit, cette chaude nuit ? Elle avait l’impression d’étouffer dans sa chambre. Elle n’arrivait pas à dormir, sa tête était beaucoup trop pleine de question pour ça. C’est d’ailleurs pour ça, qu’après avoir ressassé tous ses souvenirs, ou du moins une partie. C’est en soupirant qu’elle se redressa pour marcher jusqu’à son armoire et attraper une petite chemise de nuit de couleur noir avant de laisser son regard se perdre sur les murs trop vide de sa chambre trop terne. Ca manquait de couleur oui, elle devait peut-être remédier à cela d’ailleurs. Elle n’avait juste pas vraiment de motivation à le faire. Il faut dire aussi que, elle n’aimait pas tellement les couleurs. La vie est trop terne pour ça de toute façon. Mais, son envie là était bel et bien claire. Elle avait envie de le voir. Elle avait envie de le voir lui et sa petite tête. Parfois, elle trouvait dommage le fait qu’il se prenne pour un enfant. Dans un sens elle le comprenait et elle se disait qu’il fallait peut-être mieux qu’il oubli toutes les souffrances qui habitent les murs de l’orphelinat. Mais d’un autre coté, elle n’en était que plus déchirée. Pourquoi fallait-il que la seule et unique personne auquel elle tient réellement l’oublie ? La vie n’était pas vraiment de son coté pour cette fois.

Cependant, marchant dans les couloirs, c’est bien vers sa chambre qu’elle se dirigeait. Les yeux bien ouvert, le regard brillant, ses pas de faisait léger sur le sol bien trop grinçant du couloir. Une fois qu’elle eut atteinte sa chambre, elle posa sa main sur la poignée de la porte avant qu’un souffle de s’échappe d’entre ses lèvres. Si certains la voyait à présent, ils avaient de quoi se poser une tonne de questions. Seulement, elle s’en fichait. Lentement elle leva le poing pour taper trois coups sur cette porte en bois avant de se glisser à l’intérieur de la pièce. Elle faisait toujours comme ça. Enfin, il n’y a qu’avec lui qu’elle prenait le temps de toquer avant d’entrer. D’habitude elle était plutôt du genre à foncer et à faire savoir sa présence ensuite. Mais là, une fois dans la pièce, elle laissait son regard se poser sur le lit. Il était là, entrain de dessiner. Etonnant ? Elle pensait plutôt qu’il serait du genre à dormir à cette heure, bien qu’il n’était pas vraiment tard au final.

« Alors, on arrive pas à dormir ? »


Gentille, oui qu’elle l’était. Ca aussi s’était étonnant. Rassurant ? Ca prouvait qu’elle n’était pas si horrible que ça dans le fond. Mais faisant comme chez elle, elle s’approchait du lit. C’est que sa petite tête d’innocent lui avait presque manqué au final. Enfin presque… Si ça n’était que ça.

« Je te dérange ? Tu m’as l’air très occupé. »


Elle était curieuse, et ce, de nature. Elle ne pouvait pas s’empêcher de l’être dans ce sens là avec lui. Au final elle n’avait qu’une envie, qu’un seul but. Que toute la mémoire de Hae Jin lui revienne. Ou du moins, cette partie ou elle apparaissait. Il n’y a rien de plus horrible que d’être oublié, même lorsque l’on s’appel Kim Na Yung.


Dernière édition par Kim Na Yung le Dim 20 Mai - 13:27, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

「 AVATAR 」 : Jang -tapette- Hyun Seung
「 DC 」 : Nam Min Soo
「 DON/MALADIE 」 : Amnésie

MessageSujet: Re: My greatest weakness ♦ Han Hae Jin   Ven 18 Mai - 22:11



Voilà maintenant plus de deux heures qu’il était concentré sur un nouveau dessin. Une fois lancé, il lui était difficile de s’arrêter. C’était ce qui expliquait le fait que Han Hae Jin était encore debout alors qu’il serait bientôt minuit. Il avait auparavant traîné à la salle de détente à regarder des films sur la télévision commune jusqu’à l’heure du repas, qu’il avait pris dans le réfectoire cette fois, auprès de personnes silencieuses et froides. En général, lorsqu’il prenait son repas ici, il gardait les yeux rivés sur son plateau, tenait de ne pas prêter attention aux autres, et mangeait en silence. L’ambiance était vraiment digne d’un centre de détention ces derniers temps, il ne savait pas qu’un orphelinat était destiné à être aussi morbide. Quoi qu’il en soit, il avait pris tranquillement son repas du soir sans accorder une once d’intérêt à son entourage, et avait rendu son plateau rapidement au personnel de nettoyage. Il voulait vite regagner sa chambre pour être au calme. Il s’était donc hâté pour la rejoindre et s’y enfermer.
Il avait ressenti une très forte envie de s’affaler sur son lit, sur le coup, et l’avait assouvie aussitôt, se laissant tomber sur le matelas plus ou moins moelleux sans ménagement. L’avantage à être ici c’était que, même en vivant en communauté, une fois dans sa chambre, on était seul, tranquille, on pouvait faire la java sans qu’un colocataire vienne râler que le bruit était dérangeant pour dormir, par exemple. Hae Jin pouvait donc poursuivre ses activités quelle que soit l’heure. Il n’était pas spécialement insomniaque, mais il lui arrivait souvent d’être tellement absorbé par ses activités qu’il en oubliait alors l’heure. Cela lui arrivait surtout lorsqu’il jouait à un jeu vidéo, qu’il lisait un roman ou un manga passionnant, ou qu’il dessinait. Il fallait savoir qu’Hae Jin avait du mal à décrocher d’une esquisse tant qu’il ne l’avait pas terminée et n’était pas satisfait du résultat. Pas spécialement perfectionniste, mais il redoutait que s’il prenait une pause, ses idées se modifient ou s’estompent, et que le résultat obtenu ne soit pas celui escompté. Et dans ce cas-là, on avait affaire à un Hae Jin très frustré.

Alors qu’il était affalé sur son lit, les jambes pendant dans le vide et les orteils effleurant le sol, la tête enfouie dans le matelas, et entourée de ses bras, il finit par redresser la tête et tomba sur un cadre photo posé sur sa table de chevet. La photo représentait lui-même lorsqu’il était plus jeune, entouré de ses deux parents et de son frère aîné. Comme la photo datait, son frère aussi était plus jeune et difficile donc pour lui de le retrouver aujourd’hui. Il avait beau regarder ces photos des centaines de fois, aucun souvenir concret ne lui revenait, ne serait-ce que le prénom de chaque membre de sa famille après les avoir lu dans un dossier. Il restait encore persuadé qu’il lui faudrait subir un choc émotionnel pour se souvenir de quelque chose. Mais, était-ce seulement possible ? Parce qu’entre la persuasion personnelle et la réalité, il pouvait bien y avoir un gouffre. Il ne savait pas si quelque chose dans son cerveau était brisé, une connexion avec les synapses et les neurones, pire encore … Il ne savait pas s’il serait capable de recouvrer la mémoire un jour. Par exemple, il y avait des gens qu’il avait apparemment rencontrés à l’orphelinat avant de subir cette amnésie maudite, et il était reparti de zéro avec eux, étant tout bonnement incapable d’avoir une trace de son passé avec ces gens. Triste vie, n’est-ce pas ?

Se détournant quelque peu de cette photo qui le rendait si nostalgique, étant l’un des rares vestiges avec lesquels on l’avait trouvé quand il était arrivé à la pension, avec le commissaire en charge de l’affaire de meurtre de la famille Han, il se ressaisit et s’assit en tailleur sur son lit. Il avait mangé tard, après vingt heures trente, absorbé par sa série télévisée et ne voulant pas interrompre la diffusion d’un épisode à cause de son estomac grognant. Si encore il y avait un magnétoscope … Et visiblement il était resté un moment allongé, sans penser à rien, se laissant aller seulement, puisque sur son réveil, vingt-et-une heures quinze s’affichait déjà.
Il s’était alors levé pour récupérer son matériel de dessin, pris d’une soudaine envie d’esquisser quelque chose. Les envies comme celle-ci venaient très spontanément dans l’esprit de Hae Jin, un peu comme quand il avait voulu se jeter sur le lit un peu plus tôt. Cette fois, il décida de s’installer sur son lit plutôt que son bureau, éclairé simplement de sa lampe de chevet. Il se saisit d’un crayon, vérifia qu’il y avait bien une gomme non loin de lui, posée sur le matelas, et qu’elle n’était pas tombée quand il s’était rassis. Et il s’était mis à l’œuvre.

C’est alors que des coups retentirent contre le panneau de sa porte, avant que celle-ci ne s’ouvre sans que le jeune homme sache à qui il allait avoir affaire. La pièce était peu éclairée, puisque seule sa lampe de chevet était une source de lumière. Cependant il reconnut aisément les traits de Kim Na Yung, la fille la plus belle de l’orphelinat à ses yeux. Elle venait souvent à son encontre ces derniers temps, sans que le jeune coréen ne sache pourquoi. Peut-être s’étaient-ils connus avant qu’il ne soit frappé par son amnésie ? Il ne croyait pas si bien dire … Ce devait être ça, oui. Elle lui demanda s’il n’arrivait pas à dormir. Posant son crayon, il la toisa un instant. Elle était légèrement vêtue, il risquait de ne pas se concentrer sur les bonnes choses … Il avait beau penser comme un enfant, il avait déjà un corps d’adulte, et les pulsions qu’il pouvait ressentir n’arrangeraient rien. Et Hae Jin trouvait cette fille très jolie. Il chassa donc ses pensées de son esprit, et se concentra de nouveau sur son esquisse pour ne pas être tenté d’observer la jeune fille. Malheureusement pour lui, elle s’était approchée du lit. [color=#23a1b0] « Hum … Je n’ai même pas encore cherché à me coucher, pour tout te dire, j’étais captivé. »[color=#23a1b0] Il sourit paisiblement, se disant qu’il n’était pas raisonnable. Elle lui avait également demandé si elle le dérangeait. C’était vrai qu’il n’aimait pas vraiment être dérangé quand il produisait quelque chose, mais Na Yung était une personne dont il aimait bien la présence sans vraiment pouvoir expliquer pourquoi. Elle était donc toute pardonnée. Surtout qu’elle était l’une des rares personnes avec qui il conversait dans cette pension et qui n’avait pas un regard éteint. Bien qu’il l’ait souvent aperçue avec un visage peu amène, voire effrayant, avec lui elle était chaleureuse et souriante. C’était comme avec Sun Joo. Froide avec les autres, ou du moins, agissant différemment que lorsqu’elle était avec lui. « Non, ça me fait plaisir d’avoir de la visite, aussi nocturne qu’elle soit ! » dit-il en sentant son sourire s’élargir. Il ramena ses jambes vers le reste de son corps et rassembla tout son matériel de dessin éparpillé sur son lit avant de le poser sur le rebord de sa table de chevet. Maintenant que place était faite, il proposa : « Tu veux t’assoir ? » Elle n’allait pas rester éternellement debout. Surtout que, si elle était là en ce moment, c’était pour discuter, sinon elle serait en train de dormir sous sa couette à l’heure qu’il était. « Et toi, tu n’arrives pas à dormir ? »

HJ – et voilà, j’espère que tu aimeras ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



MessageSujet: Re: My greatest weakness ♦ Han Hae Jin   Dim 20 Mai - 15:08

My greatest weakness


Il y a des choses qui ne s’expliquent pas ? Avec Hae Jin s’était bien le cas. Elle n’avait jamais vraiment su pourquoi elle était ainsi avec lui alors que tout ce qu’elle voulait, s’était se faire cette réputation de femme intouchable, de femme capable d’écraser quelqu’un et de pourrir une vie jusqu’à la moelle. Elle était ainsi, voulant se faire une place parmi les autres en y mettant la force, en y mettant presque la peur ? Elle était folle, chose bien connue de tous. Pourtant, avec lui elle était différente, tellement différente. Depuis le début, elle s’était sentie étrange en sa présence, il y avait quelque chose, quelque chose qui la poussait à toujours revenir jusqu’à lui. Elle s’en était souvent inquiétée. Na Yung n’était pas habituée à être comme ça envers quelqu’un. Mais lui, il était différent, elle l’avait toujours pensée. Peut-être, aurait-elle du en profiter qu’il perde la mémoire pour s’effacer et seulement se concentrer sur sa folie ? Elle avait tentée de le faire, elle avait essayée. Seulement, à le voir, plus effacé qu’avant, plus innocent et donc plus faible, elle s’était obligatoirement dite qu’elle ne pouvait pas le laisser seule, qu’elle devait tenter de renouer, de lui amener sa mémoire sans parler de l’expérience. Dans un sens elle le trouvait chanceux, Hae Jin ne pouvait pas savoir combien d’orphelin aimerait être à sa place. Enfin, elle ne le voulait pas, elle avait un don extraordinaire après tout. Mais rien que ce qu’elle avait vécue le jour de l’expérience, elle voulait l’oublier. Dans le fond, Hae Jin était aussi chanceux qu’il ne l’était pas. Oublier ses origines, oublies les liens qu’on tisse avec les autres… Il avait oublié ce lien qu’il avait commencé à tisser avec elle et, parfois tout ça lui tordait les trippes. Personne ne pouvait s’en douter juste. Personne ne pouvait savoir à quel point il pouvait compter pour elle.

Habituellement, quand la jeune femme s’approchait de quelqu’un et surtout d’un homme, s’était pour monter en puissance. Mettre quelqu’un à ses pieds est surement ce que la demoiselle aime le plus. Jouer avec les autres, jouer avec eux en volant leurs apparences, avec leurs sentiments. Tout cela était extrêmement jubilant pour la demoiselle, mieux encore, elle s’en amusait follement. Tromper les autres, s’était aussi possible pour une métamorphe, surtout pour quelqu’un comme elle, avec un grain de folie aussi avancé. Seulement, il y a toujours une exception ? Ce garçon l’était. Elle n’avait jamais joué avec lui, elle n’avait jamais tentée une seule fois de prendre son apparence. Vraiment, elle était une toute autre personne avec lui. C’est aussi pourquoi, cette nuit là elle avait voulue le rejoindre, aller le voir sans arrière pensées, sans se dire qu’elle allait torturer quelqu’un. Non, elle s’étai juste dirigée vers lui avec le sourire, entrant dans sa chambre en gardant ce même sourire chaleureux qu’elle n’avait pas si souvent sur les lèvres. Ce qui la rendait ainsi ? Autre voir sa jolie tête, c’est qu’il était l’une des rares personnes à ne pas grimacer en la voyant arriver, il n’était pas une de ses personnes soufflant qu’elle allait encore en faire des siennes et laisser parler son sadisme légendaire.

« Encore le dessin ? Je me demande ce que tu peux bien aimer dessiner pour passer ton temps à ça… »

Na Yung était aussi connue pour une chose, une chose qui ne pouvait échapper à personne. Elle était curieuse, si curieuse que parfois ça pouvait devenir effrayant. Dessiner, elle n’avait jamais essayée. Enfin, étant plus jeune, avec ses parents elle faisait ses petits dessins innocent en les matérialisant tout les trois entrains de se tenir la main, elle au milieu bien sur. Que de souvenir ? Des souvenirs qui font mal malheureusement. Elle avait encore toute sa mémoire et pourtant, elle ne pouvait pas se rappeler de leurs visages, seulement des cris datant de cette fameuse nuit où ils ont été arrachés à elle. Mais elle ne voulait pas y penser, au risque que son sourire ne s’efface. A la place elle le regardait. Elle devait avouer une chose, il avait un visage réellement captivant, un peu trop captivant. Est-il possible de trouver deux personnes comme lui ? A moins qu’elle ne vol son apparence, chose qu’elle ne fera jamais, elle était certaine qu’il n’y en avait pas deux tel que lui.

« Ca veut dire que je ne dérange pas alors. Tant mieux, je n’ai pas très envie de retourner à ma chambre en passant par les couloirs. Avant on me disait qu’il y avait un monstre dans les couloirs… J’y ai toujours cru. »


Mais elle ne voulait surtout pas lui faire peur. Quoique, il était peut-être capable de vraiment la croire malgré le sourire qu’elle avait de scotché à ses lèvres. Et puis, elle se disait aussi qu’à force de sourire de cette façon, elle allait finir par se décrocher la mâchoire tout de même. Mais tant pis ? Ce n’est pas non plus comme si elle devait se forcer face à lui. Mais après son invitation, elle ne pu que prendre place sur le lit en s’assaillant. Ses mains posées sagement sur ses cuisses, elle était toujours entrain de le fixer, pour ne pas changer. Peut-être même qu’à force, il allait finir par prendre peur et aussi, par ne plus vouloir la voir ? Après tout, ça pouvait bien arriver tout ça.

« Non je n’y arrive pas, quand je me couche avec la tête pleine de pensées je n’arrive pas à fermer les yeux. Et si je force c’est encore pire. Tu n’es pas harcelé par tes pensées toi ? Quand je pose ma tête sur mon oreiller, j’ai beau fermer les yeux et cesser de penser, dans le fond j’entends une petite voix qui divulgue quand même ce qui me passe en tête. »


Surement qu’elle allait passer pour quelqu’un d’encore plus bizarre qu’elle n’en avait l’air. D’ailleurs avouer ceci ne pouvait que la faire très légèrement rire alors qu’elle se passait une main dans les cheveux pou se gratter le haut du crâne. Il y a des fois, elle le sait, elle ferait mieux de se taire, pourtant, s’était vraiment plus fort qu’elle. Na Yung était bien incapable de garder ses pensées enfouit au fond d’elle.


« Mais toi, à part dessiner, il doit bien y avoir une autre raison qui fait que tu ne dors pas non ? »
Non, non, elle ne s’inquiétait pas, ça n’arrivait jamais ce genre de chose. Enfin tout dépend ? Elle devinait bien que rien n’était vraiment facile pour lui, surtout ici. Dans un sens, s’était ce qui la poussait encore plus à venir jusqu’à lui. C’est pour ça qu’elle ne jouait pas, et aussi pour d’autres choses aussi mais ça, s’était tenu secret. Cependant là, mise à part son envie de parler avec lui, elle avait aussi, un grand besoin d’être avec quelqu’un. Cette petite tête mignonne pour être plu précise, si bien qu’elle venait de l’attraper dans ses bras alors qu’elle le serrait contre lui. Et le fait de mettre sa tête dans sa poitrine n’était même pas fait exprès, elle agissait juste sur le tas, s’était toujours comme ça.

« J’ai seulement une petite question pour toi. »


Elle le lâcha, malheureusement oui. Elle voulait quand même éviter de l’étouffer le pauvre, il manquait plus que ça ? A la place, elle reculait un peu sur le lit pour pouvoir croiser ses jambes et se mettre un peu plus à l’aise.

« Je sais que tu as perdue la mémoire. Mais pourquoi accepter de te rapprocher de moi si tu vois bien que la plupart des gens me fuis ? »


Après tout, elle pouvait bien tenter. Laisser le destin agir tout seul, s’était pas ce qu’elle préférat.

HJ - T'en fais pas c'est super ♥ J'espère que tu vas aimer ma réponse =3 ~ Et j'ai aussi aimé celle avec Min Soo >w< je répondrais dans la soirée mais dans le parc donc o/ ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar

「 AVATAR 」 : Jang -tapette- Hyun Seung
「 DC 」 : Nam Min Soo
「 DON/MALADIE 」 : Amnésie

MessageSujet: Re: My greatest weakness ♦ Han Hae Jin   Dim 20 Mai - 19:38


We ever met each other ... But when ?


C’était la première fois que Na Yung lui rendait visite dans la nuit, comme ça. D’ordinaire, ils se croisaient dans les couloirs de l’orphelinat, dans le jardin extérieur où le jeune homme passait énormément de temps à s’occuper des fleurs, dans le réfectoire lorsqu’il n’y avait pas trop de monde, dans la salle de détente alors qu’il était en train de regarder un énième drama … Mais Hae Jin avait été surpris de sa visite si tardive. Non pas négativement, il aimait bien la jeune femme. Elle dégageait quelque chose de différent des autres orphelins. Une sorte d’assurance d’elle-même. Et puis, elle n’affichait pas cette mine éteinte comme beaucoup de pensionnaires, non, elle semblait très bien s’accoutumer à la vie ici, un peu comme lui d’ailleurs. Bien qu’elle paraissait un peu sadique avec certaines personnes, comme il avait pu le remarquer, elle n’avait jamais agi comme ça avec lui. Il s’était plusieurs fois demandé pourquoi d’ailleurs, et se l’était également demandé pour Sun Joo. Pourquoi les personnes qui agissaient de façon froide ou hautaine devant les autres se montraient si conciliantes et douces avec lui ? parce qu’il respirait l’innocence ? Ou parce qu’ils avaient pitié de son triste cas d’amnésique ? Il n’aurait su le dire, et se voyait mal demander de but en blanc « tu es gentille avec moi parce que tu as pitié de moi ? ». Non, il préférait amplement profiter de la situation et faire toujours plus de bonnes connaissances autour de lui. En général ces connaissances se résumaient aux résidants de la pension, puisque Hae Jin ne mettait jamais un pied dehors –je considère ce rp chronologiquement antérieur à celui avec Woo Yeol en fait ^^ Vu qu’il risque de me révéler des trucs. Mais qu’importe. Ce soir, Na Yung lui rendait visite et ça lui faisait plaisir. Elle avait semblé étonné qu’il puisse être autant passionné par le dessin pour en faire tout le temps. « Je ne saurais pas l’expliquer, c’est comme ça, ça m’apaise. » le dessin était une passion qui lui était venue du jour au lendemain, ou du moins Hae Jin était persuadé qu’il en était déjà passionné avant qu’il ne devienne amnésique et que cela faisait partie des choses innées que son cerveau n’avait pas oublié. Il était certain que lorsqu’il était collégien, il dessinait beaucoup. Après, peut-être qu’il avait tort. Il ne pourrait malheureusement pas répondre à cette question dans l’immédiat, ne sachant rien de sa vie antérieure, à son grand regret.

Il avait donc déposé tout son matériel de dessin pour faire de la place à la jeune femme sur son lit, et avait même ramené ses jambes allongées près de son corps pour qu’elle puisse s’asseoir à son aise. Elle semblait contente que le jeune homme ne soit pas dérangé par sa présence nocturne, annonçant qu’elle ne voulait pas spécialement retourner à sa chambre en passant par les couloirs. Elle énonça l’existence d’un monstre, et Hae Jin rit. Un monstre ? Elle regardait encore des dessins animés pour penser ainsi ? Remarque, il pouvait parler lui, il en regardait encore. Cependant, il lui était difficile d’imaginer Kim Na Yung, cette femme pleine d’assurance, flipper pour un monstre imaginaire dans un couloir d’un orphelinat, aussi lugubre soit-il. « Je n’aurais jamais imaginé que tu croyais aux monstres » dit-il avec un sourire accroché sur les lèvres.
Elle avait fini par s’asseoir après son invitation à le faire, et elle avait posé les mains sur ses cuisses avant de se remettre à le fixer. Hae Jin se demandait quel intérêt il avait aux yeux de son interlocutrice pour qu’elle l’observe aussi souvent, et avec autant d’insistance. Il soutenait son regard, paisiblement, tandis qu’elle lui expliquait les raisons qui l’avaient empêchée de sombrer dans les bras de Morphée. Son sourire toujours présent, il dit : « Ca m’arrive parfois, quand je me sens envahi de questions sans réponses, je peux y penser toute la nuit. C’est très agaçant d’ailleurs, surtout quand j’ai sommeil mais que malgré tout, mes yeux restent grands ouverts. » Il était vrai que ces derniers jours, depuis qu’il était intrigué par l’attitude des gens de la pension, il arrivait de plus en plus fréquemment que ses nuits soient entrecoupées de réveils en sursaut après un vif cauchemar. Ce qui était étrange, c’est que c’étaient toujours les mêmes images qui revenaient. Il rêvait d’une salle étrange, vide, avec un siège en son milieu. Et dès qu’il s’approchait de ce dernier, pour observer les lieux, il se réveillait. Il aurait aimé connaître la suite de ce rêve, et sa signification. Et souvent, après ce réveil brutal, il restait éveillé plusieurs heures d’affilée à essayer de comprendre ce qui lui arrivait. « D’ailleurs, ces temps-ci je fais toujours le même rêve, mais il se coupe toujours net et je me réveille. Mais ce soir, c’était vraiment le dessin qui m’empêchait de me coucher. Je n’aime pas m’arrêter en plein milieu de quelque chose … » Il souriait toujours.

C’est alors que Na Yung eut un geste tout à fait inattendu, elle approcha ses bras vers lui et l’attira à elle, le serrant alors affectueusement dans ses bras. S’était-elle rendue compte qu’il avait le nez dans sa poitrine et qu’il se sentait terriblement gêné de la situation ? Aussi enfantin soit-il, il restait un homme et cette position était, comment dire … Bref. Heureusement – ou non – pour lui, elle le repoussa vite et prit un peu plus ses aises, reculant sur le lit et croisant les jambes. Il savait très bien qu’il devait avoir les joues cramoisies, mais par chance, avec la faible lueur de la lampe de chevet, elle ne se rendrait compte de rien, à moins de coller son nez au sien. Il la voyait mal faire ça quand même. Mais maintenant il allait falloir qu’il s’ôte toute pensée déplacée de l’esprit, ça promettait. Heureusement, Na Yung reprit la parole ce qui lui permit de penser à autre chose. Une question ? Il lui montra d’un signe de tête approbatif qu’il était prêt à l’écouter. Sa question le déstabilisa légèrement, il devait l’avouer. Elle voulait savoir pourquoi il ne la repoussait pas comme les autres ? La réponse n’était pourtant pas compliquée. Il baissa un instant la tête, prenant un air sérieux, et fixa de nouveau la jeune femme qui attendait patiemment la réponse : « C’est simple. Tu n’as jamais été méchante ou agressive avec moi. Tu as toujours été sympathique, souriante et curieuse. Tu ne m’as jamais causé du tort, alors je n’ai strictement aucune raison de te repousser. » Mais, autre chose au fond de lui le poussait à accepter sa présence sans trop poser de questions. Il avait ce pressentiment qu’ils s’étaient rencontrés avant, sinon elle ne le poursuivrait pas de la sorte. Cela n’irait pas dans son intérêt, si ? Pourquoi s’attarder avec un gosse comme lui, quand on était une femme aussi belle et assurée comme elle ? Sans doute qu’ils avaient fait connaissance avant, et qu’elle cherchait un moyen de le lui dire, sans que ce soit trop brutal. « J’ai peut-être tort, mais je pense aussi que si tu viens souvent me voir, c’était parce qu’on se connaissait … Avant. Non ? Parce que sinon, tu n’aurais eu aucune raison de venir me voir, si ? » derrière son côté naïf et enfantin, Hae Jin réfléchissait beaucoup. Que ce soit à sa situation ou aux autres. Il observait beaucoup également, silencieusement. C’était comme ça qu’il avait remarqué comment Na Yung se comportait avec les autres, et pas avec lui. C’était aussi comme ça qu’il en avait déduit que tous les deux, ils se connaissaient déjà avant son amnésie. Malheureusement, si tel était le cas, il ne se souvenait vraiment de rien. La première fois qu’elle était venue le voir après son amnésie, elle lui était apparue comme une totale inconnue. Seule son intuition entrait en jeu au final …

HJ – Voilà, j’ai adoré ton post, je voulais y répondre avant mais c’était journée déménagement aujourd’hui x.x Pas de soucis pour Min Soo, contente que t’aies aimé et curieuse de lire ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: My greatest weakness ♦ Han Hae Jin   

Revenir en haut Aller en bas
 

My greatest weakness ♦ Han Hae Jin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
「 HEARTBEAT심장의 고동 」 :: HAPPY ENDING끝 :: Corbeille :: RPs-